Ils installent une bergerie dans le Fort du Seclin

Dans ma série “Ils font revivre un lieu historique”, rencontre avec Sophie, heureuse propriétaire du Fort de Seclin

Sophie n’a peur de rien, ni de vivre dans un Fort, ni de se lancer dans de nouvelles activités. « La vie dans le Fort a été plutôt rude au début car il nous a fallu faire de gros travaux pour le réhabiliter », explique-t-elle.  C’est peu dire que 14 hectares de terrain plus 5 hectares de salles, ça demande beaucoup d’entretien. « Nous sommes très heureux dans ce lieu chargé d’histoire et ne le quitterions pour rien au monde ». Rencontre.

Pourquoi avoir choisi de s’installer dans un Fort ?

Mes parents ont acheté le fort en 1996, j’étais encore une ado. Il faut savoir que mon père est un passionné d’histoire et collectionne des objets liés la 1ère guerre mondiale. Surtout des pièces d’artillerie et hippomobiles de 1870 à 1920. Sa collection était devenue si importante qu’avec ma mère, ils ont souhaité ouvrir un musée.
Nous avons donc cherché un lieu qui corresponde à nos besoins dans la région de Lille. Quand nous avons su que le Fort de Seclin était en vente, nous avons sauté sur l’occasion. C’était l’endroit idéal pour installer notre importante collection et ouvrir notre musée ! 

Quelles activités proposez-vous dans le Fort ?

Le musée est ouvert depuis 2003. Nous le faisons visiter tous les week-ends entre avril et novembre et sur demande pour les groupes. Nous avons également transformé certaines de nos salles en salle d’évènementiel pour pouvoir y recevoir des mariages, des anniversaires ou des entreprises. 

En plus de ces activités ouvertes au public, nous effectuons des restaurations d’objets historiques et de création de chevaux en résine à l’échelle 1 :1 pour d’autres musées. 

Et bientôt, on y verra des moutons !

Oui, nous souhaitions installer une activité artisanale dans le Fort. Et si possible, une activité liée à l’agriculture. Nous avions plusieurs pistes mais il y en a une qui a particulièrement attiré notre attention : l’ouverture d’une bergerie fromagerie bio. Ce type d’activité correspond complètement à nos valeurs, notamment celle d’être proche de la nature.

L’avantage d’habiter dans un Fort, c’est que nous avons beaucoup d’espace. Le troupeau aura largement la place de paitre tranquillement sur notre terrain.  Un autre avantage, c’est le nombre de salles présentes dans le Fort. Nous sommes en train de rénover l’une des poudrières pour accueillir nos moutons. Les conditions d’aération de cette salle sont parfaites pour nos futurs moutons. 

Nos premières agnelles arrivent en Avril, elles sont au nombre de 15. Cela permettra de débuter notre activité en douceur. Nous allons proposer des fromages et yaourts bio en circuit court. 

D’autres projets ?

Plein ! Nous regardons la possibilité d’installer des chambres d’hôtes car nous aimons beaucoup accueillir du public. Ce serait une activité parfaitement complémentaire aux visites guidées et à l’évènementiel. Les visiteurs pourront également dormir dans le Fort, ce qui serait une expérience inoubliable. 

Nous pensons également ouvrir des Chais pour stocker du vin. Les conditions d’aération de nos salles se prêtes très bien à ce type d’activité. 

Pour en revenir à la bergerie, avez-vous suivi un parcours spécifique pour débuter votre activité ?

Nous avons découvert que la chambre d’agriculture proposait des parcours à l’installation. C’est un gros avantage pour des personnes qui comme nous souhaitent se lancer. Je ne suis pas fille d’agriculteur donc je connaissais peu le métier. Nous nous sommes beaucoup informés par nous-même sur le métier ; et nous avons beaucoup échangé avec des bergers. Nous nous sommes formés en pratiquant le woofing dans des fermes. Et maintenant, nous suivons les formations dispensées par la chambre d’agriculture. 

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui veulent installer leur activité dans des lieux historiques ? 

  • D’abord, n’écouter personne. Beaucoup de gens ont essayé de nous dissuader de nous installer dans le fort. C’est vrai que les conditions de vie étaient rudes au début mais il ne faut pas baisser les bras. 
  • Dans cette même veine, il faut que ce soit un projet de vie et familial. Nous sommes 3 générations à vivre dans le fort et j’ai la chance d’avoir une grande famille. 
  • Ensuite, ne pas hésiter à se rapprocher de la chambre d’agriculture ; ils fournissent un bon accompagnement à ceux qui souhaitent se lancer. Il faut aussi beaucoup de se renseigner par soi-même, échanger avec ses pairs.
  • Je conseille de débuter avec une race laitière facile. Nous avons choisi les moutons de frise qui ont une grande capacité laitière. 
  • Il ne faut pas hésiter à diversifier ses activités et exploiter pleinement son lieu. Cela permet de ne pas être financièrement dépendant d’un type d’activité.
  • Et enfin, je ne peux que recommander de vivre dans le lieu pour maintenir la sécurité et éviter le vandalisme.

L’histoire du Fort de Seclin, de type Séré de Rivières

Directeur du Génie au Ministère de la Guerre, prône la construction de Forts casernes semi-enterrés autour des grandes villes pour ralentir l’armée ennemie. Au total, c’est quelques 600 Forts Séré de Rivières qui sont construits en France. Mais l’évolution des obus fait que ces Forts deviennent vite dépassés. Au cours de la 1ere guerre mondiale, les soldats allemands puis Anglais occupent la ville de Seclin. Le Fort accueille un dépôt d’armes, de munitions, un hôpital, un aérodrome et du casernement. 

Entre les deux guerres, le Fort de Seclin se transforme en partie en terrain naturiste. 
Et puis la 2guerre mondiale est arrivée et le Fort a servi de prison dans laquelle les nazis enfermaient les résistants. Après la guerre, le Fort est resté une prison puis a servi de poudrière pour l’état-major français.
Désaffecté en 1976, le Fort est abandonné pendant 20 ans puis racheté par les propriétaires actuels. 

Je veux bien y aller à Seclin …. mais c’est où ?

Fort de Seclin, 
Chemin du Fort
59 113 Seclin
03 20 97 14 18
museum@fortseclin.com
www.fortseclin.com

Les photos de cet article ont été fournies par Sophie


Pour lire les autres articles de ma série “Ils font revivre un lieu historique”:
Share
Pin it
Share
Tweet
Share
Share

Laisser un commentaire

You May Also Like