Château de Langlard: ils ouvrent une brasserie artisanale bio

Dans ma série “Ils font revivre un lieu historique”, rencontre avec Patrick, brasseur de bière bio au Château de Langlard, dans l’Allier.

Patrick a quitté la région parisienne pour s’installer dans un petit village. « Un choix de vie plus en harmonie avec mes valeurs », dit-il. Il voulait alors installer ma brasserie artisanale loin de la foule parisienne et recherchait un lieu avec une histoire. Après avoir visité plusieurs endroits, il tombe amoureux du château de Langlard.  « L’endroit parfait pour installer mon activité de brassage de bière bio ». 

Comment s’est déroulée votre installation ?

Le domaine comprend un château et des communs. C’était le lieu idéal pour y vivre et y installer mon matériel de brassage : moi et ma famille dans le château, ma brasserie artisanale dans la dépendance. L’espace était assez grand et le domaine peu isolé, un avantage pour y habiter avec ma famille et scolariser mes enfants.

Je ne connaissais personne dans le coin. Mais comme j’ai toujours évolué dans le milieu associatif, c’est tout naturellement que j’ai noué des contacts avec les habitants du village. 

A quelles difficultés avez-eu à faire face ?

Le château et les communs avaient besoin de pas mal de travaux pour être habitables. Les locaux avaient été utilisés comme bâtiment agricole, puis comme salle de réception. Le château n’avait pas été habité depuis 50 ans. Il m’a fallu 3 ans de travaux pour remettre tout en l’état. C’était long mais comme je voulais réduire les coûts, j’ai choisi d’instaurer des chantiers participatifs. Beaucoup de personnes sont venues m’aider. Je voulais refaire le château à l’identique, dans le respect de l’ancien.  

Que vous a apporté le chantier participatif ?

Le chantier participatif a plusieurs bénéfices. 

  • Tout d’abord, il permet de ne pas être seul face à son chantier. Avec un tel programme, beaucoup de personnes viennent donner un coup de main. C’est très convivial.
  • Ensuite, cela permet de réduire les coûts. Le chantier est basé sur le bénévolat, et tout le monde peut y participer. Au final, je ne paie que les matériaux ou presque. 
  • Comme l’entraide est de mise, on peut de temps en temps avoir accès à des bons plans, comme par exemple récupérer des matériaux provenant de travaux de démolition. 
  • Ça permet de créer du lien avec les habitants et les associations locales. Certaines de personnes qui sont venues nous aider sont maintenant des amis. 
  • En revanche, la durée du chantier participatif est souvent beaucoup plus longue qu’avec des entrepreneurs. Il faut donc le savoir avant de se lancer dans l’aventure. 

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui veulent installer leur activité dans des lieux historiques ? 

Tout d’abord, il faut s’intéresser au lieu et rénover dans le respect des bâtiments. On ne rénove pas des lieux historiques comme on rénove une structure plus récente. Il faut vraiment connaitre les techniques.

Ensuite, il faut s’entourer d’artisans ou de personnes qui connaissent bien ce domaine. Si vous faites appel à des artisans, ils doivent être spécialisés dans la rénovation de l’ancien. Il faut une réelle expertise.

Enfin, il faut être soi-même un peu bricoleur. Il y a toujours des choses à faire et on apprend beaucoup en participant à des chantiers participatifs.

Je conseille à tous ceux qui se lancent dans l’aventure de s’impliquer personnellement dans le tissu local et pour ça, il ne faut pas hésiter à s’entraider. La vie en province est différente de la vie dans les grandes villes. Pour y faire son trou, il faut savoir donner de son temps. 

Pouvez-vous nous en dire plus sur le château ?

J’ai eu la chance de trouver ce château classé qui possède une très belle fresque dans sa chapelle du 15esiècle. Elle représente le Jugement Dernier, c’est d’ailleurs le nom que j’ai choisi de donner à ma bière. 
Ce château a été le lieu de séjour de Mme de La Fayette et de Mme de Sévigné. Il a un passé historique intéressant. J’ai eu un véritable coup de cœur. 

Votre avez fait le choix d’être totalement bio et de vendre en circuit court. 

Aujourd’hui, je produis une bière artisanale labélisée bio et aussi Nature & Progrès. Ma salle de brassage est au feu de bois. Quasi toutes les matières premières viennent de la région, comme le malt. Je m’approvisionne en local et je vends en circuit court. Même mes cartons d’emballage proviennent de la région. Je n’utilise aucun auxiliaire technologique, clarifiant, sulfites ou autres additifs. 

Aujourd’hui, je produis 120.000 bouteilles par an. J’espère pouvoir encore développer ma production et mes points de vente aux alentours. 


Pour celles et ceux qui souhaitent plus d’information sur la Brasserie du Jugement Dernier, voici le lien vers son site internet.
Son activité est en pleine croissance dans la région. N’hésitez pas à faire le détour jusqu’à sa brasserie artisanale pour déguster ses bières bio. Patrick saura très bien vous accueillir !

Je veux bien y aller… mais c’est où le Château de Langlard ?

Château de L’Anglard,
15, allée Madame de Sévigné,
03800 MAZERIER
tel: 06 77 76 17 03
email: patrick@jugementdernier.beer

Toutes les photos de cet article ont été fournies par Patrick, propriétaire de la Brasserie du Jugement Dernier.


Pour lire les autres articles de ma série “Ils font revivre un lieu historique”:

Share
Pin it
Share
Share

Laisser un commentaire

You May Also Like