La culture des huîtres à Marennes-Oléron, symphonie iodée entre l’homme et la mer

Imaginez… Des paysages maritimes à couper le souffle, où l’océan se mêle aux marais salants et aux claires ostréicoles. Des ports de pêche colorés rythmés par les marées, où l’air iodé se mélange aux effluves des huîtres. Des hommes et des femmes passionnés, gardiens d’un savoir-faire ancestral qui se transmet de génération en génération. Bienvenue à Marennes-Oléron, berceau de l’ostréiculture française !

Loin des sentiers battus et du tourisme de masse, cette région authentique vous invite à un voyage immersif au cœur d’une tradition unique. Ici, l’huître n’est pas qu’un simple produit de la mer, c’est une culture, une identité, une histoire qui se raconte à chaque marée.

Prêts à troquer vos tongs pour des bottes en cahoutchouc ? Embarquez avec moi pour une aventure ostréicole inoubliable !

Port des Salines Oléron

L’histoire de l’ostréiculture à Marennes-Oléron remonte à l’Antiquité. Les Grecs s’en régalaient déjà et utilisaient les coquilles d’huîtres comme bulletin de vote. Les romains les consommaient en stimulateur d’appétit, au début du repas.

Ce qui a longtemps fait la réputation de cette région côtière de France est la production de sel. Mais, au 19e siècle, la concurrence sur ce marché est rude et les sauniers de Marennes-Oléron doivent trouver une autre source de revenus. Les marais salants se transforment alors en claires d’affinage et l’huître est un produit qui se consomme de plus en plus sur les tables du monde entier. Car les marais salants, riches en minéraux et bénéficiant d’un climat tempéré, offrent un environnement idéal pour l’affinage des huîtres.

Au fil du temps, les ostréiculteurs ont développé des techniques d’affinage spécifiques, tirant parti des caractéristiques uniques du bassin. Ils ont notamment créé les claires, des bassins peu profonds. C’est l’affinage des huîtres en claires qui leur donne leur goût, leur texture et leur saveur caractéristique. Ce savoir-faire unique, transmis de génération en génération, est un élément essentiel de l’identité des Huîtres Marennes-Oléron.

Carte Marennes Oléron

Passez une journée avec un ostréiculteur et vous comprendrez vite pourquoi ce métier est unique et assez technique. En fonction des marées et parfois à l’aube, il faut chausser les bottes et rejoindre les parcs en mer. Le travail est physique, parfois difficile, mais toujours accompli dans le respect de la nature et du produit.

Il faut surveiller la croissance des huîtres, les nettoyer une à une, les trier, les affiner. Ce sont des gestes précis, répétés inlassablement, pour que chaque huître révèle ses saveurs uniques.

L’ostréiculteur, c’est un peu un magicien. Il connaît les secrets de la mer, les caprices des marées, les mystères de l’élevage. Il sait comment les huîtres se développent et comment leur donner ce goût si particulier qui fait la renommée de Marennes-Oléron.

Malgré la difficulté du travail, les ostréiculteurs sont passionnés par leur métier. Ils sont fiers de perpétuer une tradition ancestrale et de proposer un produit d’exception. Ils ont aussi un profond respect pour la nature et l’environnement, et ils sont conscients de l’importance de préserver les écosystèmes fragiles où se développent les huîtres.

Lors de ma visite, j’ai pu rencontrer Tom Vergnaud (Les perles du marais), ostréiculteur au port de Brouage. Il m’a expliqué son métier, sa passion. Seul dans son exploitation, il doit tout gérer. Et pour corser le tout, il produit également des crevettes impériales et des palourdes.

Que ce soit sur l’Ile d’Oléron ou le long de la cote, vous trouverez de nombreuses cabanes de dégustation d’huîtres. Sur l’Ile, elles sont surtout localisées sur Dolus d’Oléron et Le Château d’Oléron. Sur le continent, on trouve de nombreuses cabanes à Marennes (en bord de plage, le long du chenal de la Cayenne ou dans les marais).

  • Le Relais des Salines, situé sur le site du Port des Salines (à Grand Village). C’est un restaurant du terroir, installé dans une cabane typique, au milieu des marais du Port des Salines. Bib Gourmand au guide Michelin.
    Leur spécialité : les huîtres chaudes à la fondue de poireaux. Un délice !
  • Restaurant La Claire, situé à la Cité de l’Huitre à Marennes. Profitez-en pour visiter le site et découvrir plein d’informations sur la culture des huîtres.

La production d’huîtres à Marennes-Oléron est un processus long et minutieux qui nécessite un savoir-faire particulier. L’aire géographique pour l’affinage, l’élevage en claires et le conditionnement des huîtres Marennes-Oléron, est réparti sur 27 communes.

Tout commence par la collecte du naissain, ces jeunes huîtres qui se fixent sur des collecteurs (tubes ou coupelles) placés dans la mer. Les ostréiculteurs doivent ensuite les « détroquer » (cad les détacher) délicatement et les placer dans des poches en filet pour les protéger.

Huitres Marennes-Oléron

Les huîtres grandissent en suspension dans des poches – posées sur des tables dans les parcs – immergées dans les eaux riches en nutriments du bassin de Marennes-Oléron. Régulièrement, les ostréiculteurs doivent les nettoyer pour enlever les algues et les parasites qui pourraient nuire à leur croissance.

Cité de l'huitre Oléron

C’est l’étape qui fait la spécificité des huîtres de Marennes-Oléron. Les huîtres sélectionnées sont transférées dans des claires, des bassins d’eau de mer peu profonds aux fonds argileux. C’est ici qu’elles acquièrent leur goût fin et leur texture délicate, grâce à l’ensoleillement, aux variations de salinité et à la présence de micro-algues. Cette phase peut durer entre 15 jours et 4 mois (généralement entre les mois de septembre et juin).

Du fait de l’épaisseur de leur coquille, les huîtres affinées ou élevées en claire se conservent mieux. Elles peuvent se garder une bonne semaine à une température comprise en 5 et 15°C.

© Marennes-Oléron Tourisme

Lorsque les huîtres ont atteint la taille et la maturité souhaitées, elles sont triées et emballées avec soin, prêtes à être savourées par les gourmets du monde entier.

Les labels : Les huîtres de Marennes-Oléron bénéficient d’une IGP (Indication Géographique Protégée) : « Huîtres Marennes Oléron » et de deux Label Rouge : Fines de Claires Vertes et Pousse en Claire. Ce sont les seules huîtres françaises à posséder une IGP.

Huitres Marennes Oléron
Chateau d'Oléron
Port du Chateau d’Oléron

L’île d’Oléron et la ville de Marennes ont connu ces dernières années une reconversion originale de leur patrimoine ostréicole. En effet, d’anciennes cabanes ostréicoles, autrefois utilisées pour le stockage et le travail des huîtres, ont été réhabilitées en ateliers d’artistes.

Cette transformation offre une nouvelle vie à ces cabanes colorées qui bordent les chenaux et les ports. Elles permettent de découvrir un aspect unique de la culture locale.

Cabanes d'Artistes Ile d'Oléron
Port du chateau d’Oléron

Dès l’Antiquité, les hommes ont tiré parti de la position géographique exceptionnelle de l’île d’Oléron et du bassin de Marennes pour récolter le sel, un produit précieux et indispensable à l’époque (surtout pour la conservation des aliments). Le sel est d’ailleurs surnommé l’Or Blanc. Le sel est source de richesse majeure pour les seigneurs locaux et les communautés religieuses.

Du 16e au 18e siècle, les marais salants de Marennes-Oléron vivent leur âge d’or. La production de sel atteint des sommets. Des techniques d’exploitation sophistiquées se développent, permettant d’optimiser la récolte et d’améliorer la qualité du sel.

A partir du 19e siècle, l’essor du commerce maritime et l’arrivée du sel industriel entraînent un déclin progressif des marais salants traditionnels. La production diminue, concurrencée par des méthodes plus modernes et moins coûteuses. De nombreux marais sont abandonnés, laissant place à une autre activité, l’ostréiculture.

Au 20e siècle, face à la prise de conscience des enjeux environnementaux et patrimoniaux, un renouveau s’amorce. Des initiatives locales et des programmes de restauration permettent de redonner vie à certains marais salants.

Autrefois dédié à l’exploitation du sel, ce village est aujourd’hui labellisé « Echappées Nature ». Créé dans les années 1990, le Port des Salines a pour objectif de réimplanter la culture du sel sur l’Ile d’Oléron.

Et c’est pari gagné car depuis la création du Port des Salines, une dizaine de sauniers ont repris une activité salicole sur l’Ile.

  • Déjeuner dans l’excellent restaurant « Le Relais des Salines »
  • Visiter l’écomusée
  • Faire une promenade en barque dans les marais
  • Participer à une visite guidée-dégustation
  • Pratiquer la récolte sur sel avec un saunier (juillet et aout uniquement)
  • Acheter son sel à “La Salorge, grenier à sel”
Port des Salines Oléron
Ecomusée du Port des Salines

On est en 1974. Des ostréiculteurs passionnés se serrent les coudes pour créer une marque : Marennes-Oléron. Leur mission ? Faire connaître au monde entier les trésors cachés de leur terroir : des huîtres d’une qualité exceptionnelle, nées d’un savoir-faire ancestral et d’un environnement hors du commun.

Cinq décennies plus tard, le pari est réussi haut la main ! La marque Marennes-Oléron est devenue une référence, synonyme de goût raffiné et d’authenticité.

Notez ce rendez-vous : du 11 et 13 octobre 2024 dans la ville de Marennes

  • Hôtel-restaurant L’Albatros***
    Situé au bord de l’océan, l’hôtel l’Albatros vous fait apprécier le paysage changeant des marées. Chambres confortables, restaurant avec terrasse offrant une vue panoramique sur l’océan, le cadre est enchanteur. Juste magnifique !
Hotel l’Albatros

L’île d’Oléron est la plus grande des îles françaises métropolitaines après la Corse. Elle se trouve au large des côtes de la Charente-Maritime, à 80 km de la Rochelle, 55 km de Royan et 45 km de Rochefort. J’ai récemment présenté la jolie ville de Soulac-sur-Mer, à seulement 2H de route de Marennes-Oléron. A découvrir également si vous êtes sur la cote atlantique.

  • En voiture, en empruntant un pont gratuit – le pont de l’île d’Oléron – depuis Bourcefranc-le-Chapus.
  • En train, les gares les plus proches sont La Rochelle et de Rochefort. Des correspondances en bus ou en car sont ensuite disponibles pour rejoindre l’île d’Oléron.
  • En bateau, Un service de navette maritime relie l’île d’Oléron à la ville de La Rochelle pendant la saison estivale (d’avril à octobre). La traversée dure environ 50 minutes.

Le meilleur moment pour visiter l’île d’Oléron est d’avril à juin ou de septembre à octobre, lorsque le temps est chaud et ensoleillé.

Pour obtenir plus d’informations sur l’Ile d’Oléron ou Marennes et sa région, je vous conseille d’aller jeter un oeil sur le site de Marennes-Oléron Tourisme.

Perpétuons nos savoir-faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *