Seyne-les-Alpes, un village au riche passé mulassier

Dans ma série d’articles sur les « Villages et Cités de Caractère des Alpes de Haute-Provence », je vous emmène découvrir cette fois-ci un village situé au cœur de la verdoyante Vallée de la Blanche, j’ai nommé Seyne-les-Alpes. Un village dynamique, au riche patrimoine architectural et culturel, situé sur un plateau à quelques 1260 m d’altitude au milieu d’un cirque de hautes montagnes. La vue y est grandiose. Ça devrait vous plaire !

Vous aimez l’air frais des montagnes ? Vous aspirez à vous réveiller avec les lointains sommets pour horizon ? Alors, Seyne-les-Alpes est fait pour vous. Car dans ce village, planté sur une petite colline au pied d’un ancien fort Vauban, tout rappelle le passé à la fois défensif et paysan des lieux. Dans ce village tout en longueur, vous trouvez de veilles poternes, quelques maisons à colombage, de petites placettes et des lavoirs, une église romane et une chapelle à l’histoire particulière. Mais aussi d’anciens remparts et une fortification Vauban qui domine le village.

Et question activité, vous serez également servi. Hormis les nombreux chemins de randonnées qui parcourent la montagne, vous pourrez tenter de sortir de l’Escape Game organisé dans la forteresse, faire une caresse aux emblématiques mulets de Seyne et dévaler les pentes de ski de la station toute proche du Grand Puy.

ligne

Mais c’est quoi cette histoire !

Seyne-les-Alpes est un ancien village gallo-romain qui a connu une histoire défensive et militaire importante, comme ses voisins Colmars-les-Alpes ou Entrevaux. Délimitant la frontière entre le Comté de Provence et le Duché de Savoie au moyen-âge, Seyne se dote de fortifications dès 1220 avec la construction d‘une grande tour sur l’arrête rocheuse qui domine le village.

Au 16e siècle, les guerres de religion font rage. Le village est attaqué par les protestants qui s’y installent durablement. Avec l’abolition de l’Edit de Nantes en 1685, les protestants sont obligés de fuir ou de se convertir au catholicisme. Seyne perd une grande partie de sa population.

Plus tard, lors de la Ligue d’Augsbourg (alliance regroupant une large partie des pays européens contre la France de Louis XIV au 17e siècle), Sébastien Le Prestre de Vauban est mandaté pour construire des fortifications. Il y fait construire une nouvelle enceinte qui sera débutée par Antoine Niquet, puis poursuivie par Guy Creuzet de Richerand (la fortification ne plaisant pas à Vauban).

Avec la signature du Traité d’Utrecht (en 1713) qui repousse la frontière, Seyne perd son intérêt stratégique. Les travaux de la forteresse sont abandonnés et la place presque désarmée.

Au 19e siècle, Seyne retrouve son passé agricole et paysan. Ses vastes prairies lui permettent de se tourner à nouveau vers l’élevage et surtout vers celui des mulets. Les mulets étant très importants dans les montagnes pour transporter les marchandises et donc une bonne source de revenus pour les éleveurs.

Au 20e siècle, l’exode rural est important dans la vallée, les habitants partants pour les grandes villes aux alentours ou plus loin, en Amérique du Sud (Mexique, Argentine) ou les États-Unis. Seyne-les-Alpes ne compte aujourd’hui que 1300 habitants, contre 2500 au 18e siècle.

Le Saviez-vous ?
Seyne-les-Alpes a hébergé l’énigmatique Masque de Fer en 1687. Le convoi emmenait le prisonnier depuis le Piémont jusqu’à l’Ile de Sainte-Marguerite. Le Masque de Fer séjourna deux jours dans la Forteresse.
ligne

L’incontournable : le Fort Vauban et sa grande tour médiévale

L’un des principaux attraits de Seyne-les-Alpes est sans conteste sa massive fortification qui surplombe le village.

Construite à la demande de Vauban au 17e siècle, elle n’a toutefois pas – comme Colmars-les-Alpes – reçu sa complète adhésion. Normal, il n’avait pas visité la région avant sa construction mais il en avait pourtant signé les plans !

Rachetée par la commune en 1973, la fortification est mise en lumière par une association très dynamique qui s’attache à la faire vivre, l’association Fort et Patrimoine du Pays de Seyne. La tour ainsi qu’une partie du fort ont ainsi pu être restaurés par des bénévoles.

Vous ne pouvez pas passer à Seyne-les-Alpes sans monter jusqu’à son fort. La vue sur toute la vallée depuis l’avant-fort est impressionnante (l’accès est gratuit). Et comme il y a des tables de piquenique installées sur la place, vous pouvez déjeuner tranquille en admirant les montagnes !

Mais je vous recommande de visiter le fort afin de voir :

  • La Tour Maubert – dite la Grande Tour – à 3 étages. Elle date du 12e siècle (du temps des Comtes de Provence) et mesure près de 12m de haut. Elle était reliée à la ville par des souterrains.
  • Les Casemates (abri enterré qui servait à loger les troupes). Elles datent du 19e siècle et sont reliés entre elles par un vaste réseau de couloirs souterrains, percés de meurtrières et de canonnières.  
  • La Poudrière, située dans la salle basse d’un des anciens bastions
  • L’immense Citerne dans laquelle vous observez de très belles stalactites qui ornent la voute.
  • Le four à pain, toujours en fonctionnement.
  • Les canons, mis en situation le long des fortifications.
Entrée : Adulte : 8 €, Enfant (8-10 ans) : 4 €. Gratuit pour les moins de 8 ans.
ligne

La tradition du mulet

En descendant un peu dans la vallée, dans le petit hameau de Chardavon, se trouve la Maison du Mulet. Dans cette ferme, on peut y découvrir la riche activité mulassière du Pays de Seyne avec animaux et objets d’antan.

Il faut savoir que le Mulet, cet animal doux et robuste, était le seul moyen de transport utilisable sur les petits sentiers de montagne. Les routes étaient alors inexistantes et le train n’en parlons pas. Le mulet était également utilisé par les régiments militaires pour se déplacer en montagne.  

Depuis le 14e siècle, Seyne-les-Alpes a élevé des mulets et en a fait commerce jusque dans les années 50. Il faut dire que les prairies alpines se prêtent bien à cette exploitation.

Et depuis 100 ans, Seyne-les-Alpes à une tradition : la commune organise chaque deuxième week-end du mois d’Aout Un Concours Mulassier. Il s’agit d’élire le plus beau mulet de la région. Un concours qui attire toujours beaucoup de monde

ligne

Que voir à Seyne-les-Alpes

 L’Eglise Notre-Dame de Nazareth

L’église a été construite au 12e siècle sur les vestiges d’un ancien édifice du 4e siècle dédié à Saint Pierre. C’est un parfait exemple de l’art roman montagnard. A l’intérieur, vous pouvez découvrir une très belle chaire en bois sculptée du 17e siècle classée aux Monuments Historiques.

La Chapelle de Bellevue

Cette chapelle récente a une histoire originale. Elle a été construite après le retour des soldats de la guerre de 1870. Selon la légende, les mères des soldats partis sur le front avaient prié la Vierge Marie pour que leurs fils reviennent vivants de la guerre. En échange, elles allaient construire une chapelle. Les fils revenus, elles ont oublié de construire la chapelle et pour les punir de leur avarice, les architectes ont posé une statue de la vierge tournant le dos au village.

Bien que mal située sur la route D900, la chapelle carrée, qui date de 1884, est toute mignonne, assez petite et revêtue d’un dôme octogonal revêtu de plomb.

Seyne les Alpes

Le Hameau de Sainte-Rose et le sentier Jean Proal

Vous ne le connaissez peut-être pas, mais l’auteur Jean Proal (1904 – 1969) est né dans ce hameau de Seyne-les-Alpes. Très attaché à cette terre, l’auteur a retranscrit dans ses romans la dure vie des montagnes, les liens forts qui unissent la terre, la nature et l’homme, et les valeurs des habitants (ténacité, courage, et entraide).

Un chemin de randonnée – que vous pouvez suivre lors d’une balade littéraire commentée en été – vous emmène sur les traces de l’écrivain. Vous parcourez l’ancien sentier que les hommes du pays empruntaient pour travailler les champs, et monter aux campagnes pendant la saison estivale.

Balade littéraire guidée : chaque jeudi matin de Juin à Septembre (inscription à l'office du Tourisme ou au 04 92 35 11 00). Randonnée libre (demandez le plan à l'office du Tourisme). 
Boucle de 4,4 km (300m de dénivelé) au départ du Hameau de Sainte-Rose. Durée : 2h30.

Pour les plus curieux, une petite exposition sur Jean Proal est visible dans le Fort.

Chemin Jean Proal
ligne

Et si je veux passer un week-end sympa sur place

Hôtel Le Vieux Tilleul
Pascale vous accueille dans son Hôtel 2* situé le long de la rivière Blanche. Ici, pas de chichi, mais un cadre authentique, un accueil chaleureux et de bons petits plats locaux conconctés par son fils Matthieu.
Hotel** Le Vieux Tilleul / Restaurant L’Insolent
Les Auches – 04140 Seyne-les-Alpes

Restaurant La Bugade
Tenu par Patrice et Sabrina, originaires de la vallée, le restaurant La Bugade vous propose de bons produits locaux mitonnés avec amour. Venez goutez à leur spécialité : la Salade Seynoise aux Tourtons.
50 Grande Rue – 04140 Seyne-les-Alpes
De Mercredi à dimanche de 12h à 14h / 19h à 21h

Que faire le temps d’un week-end

ligne

Je veux bien y aller, mais c’est où Seyne-les-Alpes ?

Seyne-les-Alpes est situé à deux heures de Marseille, entre Digne-les-Bains, Gap et Barcelonnette. Non loin du Lac de Serre Poncon. La gare SNCF la plus proche est Digne.

ligne

Informations complémentaires

Voici le lien vers l’Office de Tourisme de Seyne-les-Alpes, ainsi que celui du Tourisme des Alpes de Haute-Provence. Vous y trouverez de nombreuses informations sur la région. Et ici, pour tout savoir sur les “Villages et Cités de Caractère des Alpes de Haute-Provence“.

Les beaux villages n’attendent que vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.