Vaux-le-Vicomte, splendeur de Nicolas Fouquet

Le château de Vaux-le-Vicomte est intimement lié à l’ambition d’un homme : Nicolas Fouquet, ministre de Louis XIV. Poussé par son désir d’accéder aux plus hautes fonctions du royaume, Nicolas Fouquet fait bâtir ce domaine pour son propre plaisir mais aussi pour impressionner le Roi Soleil. Mais il ne se doute pas encore que cette demeure accélérera sa chute. Découvrez l’histoire de ce château et de son illustre propriétaire.

« La veille, il était roi, le lendemain, il n’était plus rien ». C’est par ces mots que son ami Voltaire décrit le destin de Nicolas Fouquet. A l’image de l’écureuil, emblème de sa famille, Fouquet dont la devise est « Quo non ascendet » (jusqu’où ne montera t’il pas) finira ses jours oublié dans une prison gelée au fin fond des Alpes. Pourquoi une telle haine ? Pourquoi vouloir à tout prix l’écarter de la cour du Roi ? Quel rôle a joué le château de Vaux-le-Vicomte dans cette destinée ?

Nicolas Fouquet, une ambition démesurée

On ne peut pas parler de Vaux-le-Vicomte sans évoquer la personnalité de Nicolas Fouquet.

Intelligent, ambitieux, visionnaire, possédant une ora exceptionnelle, Nicolas Fouquet réussi très rapidement à se hisser dans les plus hautes sphères du 17e siècle. Parti de (presque) rien, il effectue de riches mariages qui le mènent jusque dans les antres du pouvoir. A 22 ans, il acquiert les terres de Vaux-le-Vicomte grâce à la dot de sa 1ere femme et à 35 ans, il achète le titre de procureur général au parlement de Paris, et y ancre son réseau grâce à la famille de sa 2eme épouse. Cette ascension fulgurante ne lui attire pas que des amis… même s’il en a beaucoup. Fouquet dérange et quelques personnes haut placées attendent sa chute.

Ambition, jalousie, complot, fortune et jolies femmes, la vie de Nicolas Fouquet est digne d’une saga des temps modernes. Mais elle finira mal. Le complot dont il est victime le fera aller tout droit en prison, évitant de justesse la peine de mort.

Vaux-le-Vicomte, un chef d’œuvre d’architecture

Fouquet est un véritable amoureux des arts. Et il veut obtenir ce qu’il y a de plus beau pour son château. Il fait donc appel aux plus grands artistes de l’époque : André Le Nôtre, célèbre paysagiste ; Louis Le Vau, premier architecte du Roi; et Charles Le Brun, fondateur de l’académie de peinture.

Les jardins que va dessiner Le Nôtre à Vaux-le-Vicomte sont remarquables et possèdent déjà les caractéristiques des jardins « à la Française » : perspectives, symétries, plans d’eau et statues. Ce sont d’ailleurs ces 33 ha de jardins que Louis XIV va admirer puis jalouser.

Louis Le Vau dessine le château tout en courbe, simplicité, harmonie, et presque féminité. Les pierres choisies sont dans des tons roses et ocres et prennent joliment la lumière du soleil. Les pièces sont bien agencées et le salon principal « en rotonde » donne sur le jardin et sa perspective.

Charles Le Brun, quant à lui, réalise les sublimes peintres et fresques qui ornent les murs et plafonds du château.

Débuté en 1653, il aura fallu 8 ans aux artistes pour construire ce magnifique domaine. L’inauguration aura d’ailleurs à lieu en aout 1661, en présence du roi soleil et de sa cour.

Le château s’étend sur 2500 m2 et comprend une centaine de pièces.

L’homme qui a fait tomber Nicolas Fouquet

Dans l’entourage du roi, les jalousies vont bon train. Mais c’est celle de Jean-Baptiste Colbert qui est la plus forte et qui contribuera à faire tomber Fouquet. Tous deux ministres de Louis XIV, la rivalité entre les 2 hommes est vive. Colbert ne souhaite qu’une chose : prendre la place de Fouquet et devenir Surintendant des Finances de Louis XIV. Il manœuvre tant et si bien que le piège tendu à Fouquet fonctionne à merveille sans attirer les soupçons de l’intéressé.

Colbert réussi à convaincre Louis XIV d’arrêter Nicolas Fouquet, sous le motif d’enrichissement personnel (péculat) et de crime de lèse-majesté. Louis XIV se laisse convaincre facilement d’autant plus que Fouquet se permet de courtiser sa maitresse. Impensable à l’époque !

En aout 1661, Fouquet organise une fête somptueuse en l’honneur du roi. Trop somptueuse…  Le roi découvre un château magnifique et la richesse ouvertement affichée de son ministre. Cette fête accéléra l’arrestation de Fouquet qui était déjà actée depuis quelques semaines.

Le mois d’après, Fouquet est arrêté par Dartagnan et jeté en prison. Il a un peu plus de 45 ans. Son procès durera 4 ans et grâce au magistrat Olivier Lefèvre d’Ormesson (ancêtre de Jean d’Ormesson), il évite la peine de mort. Il mourut, seul, à 65 ans, dans la prison de Pignerol (située dans les Alpes).

Débarrassé de Fouquet, Le roi confisque toutes les œuvres d’art amassées par Fouquet dans son château de Vaux-de-Vicomte : tapisseries, mobilier, peintures, livres, tapis. Il ne reste plus rien.

Vaux-le-Vicomte, le domaine qui a inspiré Versailles

En 1662, ayant réussi à éliminer ce qui est à ses yeux son grand rival, Louis XIV débute la construction de Versailles. Il demande aux mêmes artistes (Louis Le Vau, Charles Le Brun et André Le Nôtre) de bâtir un château, plus grand, plus beau et plus resplendissant que celui de Vaux-le-Vicomte.

Versailles est né ! Et l’esprit de Vaux-le-Vicomte est bien présent dans son architecture, ses jardins et ses décors. Et pour assoir encore plus sa grandeur, le roi le décore avec les œuvres d’art confisquées à Vaux-le-Vicomte.

Vaux-le-Vicomte aujourd’hui

Le château de Vaux-le-Vicomte est la plus importante propriété privée de France. Il est classé au titre des monuments historiques. Après avoir été laissé à l’abandon pendant plusieurs années, le château de Vaux-le-Vicomte est racheté en 1875 par Alfred Sommier. Véritable mécène, il restaure le château, le remeuble avec des pièces anciennes et redessine les jardins.

A la mort des descendants de la famille Sommier, le château revient à son neveu Jean de Vogüé, puis en 1967, à son fils, Patrice de Vogüé, et enfin en 2015 aux trois enfants de ce dernier. Le domaine est ouvert au public afin de pouvoir collecter des fonds pour continuer les restaurations.

Le château de Vaux-le-Vicomte, très photogénique, a servi de décor à de très nombreux films comme Angélique et le Roy, La Folie des Grandeurs, Valmont, L’Allée du Roi, Ridicule ou encore l’Homme au Masque de Fer.

A faire à Vaux-le-Vicomte

Le château organise de nombreuses activités comme la fameuse soirée aux chandelles à laquelle j’ai eu la chance d’assister. Imaginez, 2000 bougies illuminant les jardins ! Une véritable féérie.

Si vous souhaitez participer à l’une des prochaines activités, je vous recommande de participer à « Vaux-le-Vicomte en Lumières ». Organisé au moment des fêtes de Noel, le domaine se pare de mille décorations : illuminations dans les jardins et le château, surprises dans les salons d’apparat, feux de cheminée et balades en calèche..  Ca me donne bien envie d’y retourner … pas vous ?

Je veux bien y aller … mais c’est où ?

🦋 A visiter à proximité :  
🔸 Les 10 plus beaux villages de Seine et Marne
🔸 Balade à Provins, imposante cité médiévale aux portes de Paris
🔸 Château de Rosa Bonheur, une histoire de femmes des temps modernes

Les coulisses de ma visite

Ca fait longtemps que je souhaitais visiter le château de Vaux-le-Vicomte. L’occasion m’en a été donnée par l’Agence d’attractivité de Seine-et-Marne qui m’a très gentiment proposé cette visite. Je ne m’attendais pas à une telle féérie. Non seulement le château et les jardins sont vraiment magnifiques, tout en délicatesse et finesse, mais la soirée aux chandelles est sublime. 2000 bougies scintillent dans la nuit et illuminent tout le domaine. Je vous recommande vivement cette visite. Je remercie l’Agence d’Attractivité de Seine-et-Marne de m’avoir permis de vivre cette soirée magique.

Share
Pin it
Share
Share

Laisser un commentaire

You May Also Like