La Maison de Colette, source d’inspiration de la célèbre romancière

Colette, a été l’une des plus célèbres romancières françaises. Et visiter sa maison, c’est comme remonter aux sources de son inspiration. Cette maison est tellement belle et apaisante, qu’on aimerait y rester pour toujours. Derrière cette grande bâtisse, se cache la jeunesse de Colette. Une jeunesse qu’elle a regardé avec beaucoup de nostalgie et qu’elle a embelli dans ses écrits. Venez avec moi, je vous emmène visiter cet endroit qui ne vous laissera pas indifférent.

Derrière les murs de cette grande bâtisse du village de Saint-Sauveur-en-Puisaye, se cache un trésor. Un trésor joliment raconté par les guides qui vous accompagnent durant la visite. Un trésor qui se découvre de pièce en pièce, chacune meublée avec gout dans le respect des intérieurs d’origine. Un endroit un peu caché, un peu déstructuré, qui de l’extérieur ressemble à beaucoup d’autres maisons, mais qui de l’intérieur est tout autre.

Cette maison, c’est celle de Colette, ou plutôt de Sidonie-Gabrielle Colette, dite Colette. C’est ici qu’elle est née, et où elle a vécu jusqu’à ses 18 ans. C’est ici que sa famille a passé des moments plus ou moins heureux. Une famille libre, en décalage avec les mentalités des gens du village, une famille recomposée qui suscite les commérages et les petites méchancetés des voisins. Mais c’est ici que Colette se sentait bien.

« Ma maison reste pour moi ce qu’elle fut toujours : une relique, un terrier, une citadelle, le musée de ma jeunesse… »

Colette

Mais c’est quoi cette histoire ?

Sidonie-Gabrielle Colette, dite Colette, est née un 28 janvier 1873, à Saint-Sauveur-en-Puisaye ; un gros bourg situé dans l’Yonne, en Bourgogne. Colette est la petite dernière de la famille qui compte 4 enfants. Sa maman, Sidonie Landoy, dont le surnom est Sido, est une femme libre et profondément attachée à ses enfants.

Sidonie Landoy a 4 enfants. Deux issu de son premier mariage avec Jules Robineau-Duclos (1857), un riche propriétaire terrien de Saint-Sauveur ivrogne et assez violent : Juliette et Achille. Puis deux autres avec le Capitaine Jules-Joseph Colette, qu’elle épouse à la mort de son premier mari (1865) : Léo et Sidonie-Gabrielle. La personnalité de Sido a largement marqué Colette qui en parle dans de nombreux ouvrages, sont « La Maison de Claudine », « La Naissance du Jour » et « Sido ».

Colette vécu 18 années de bonheur à Saint-Sauveur-en-Puisaye avec sa famille recomposée. Mais les ennuis commencent lorsque sa sœur ainée, Juliette, épouse un médecin. Le couple demande alors le partage des biens au décès du père de Juliette, le 1er mari de Sido. Biens que la famille Colette ne possède plus. Il faut dire que la gestion patrimoniale n’est pas le point fort du Capitaine Jules-Joseph Colette. L’argent de la succession a été dépensé ou perdu.

Un déménagement forcé

En 1891, la famille Colette est obligée de vendre ses biens et d’emprunter pour donner à Juliette ce qui lui revient. La famille se voit dans l’obligation de déménager. Ils vendent leur maison et partent s’installer dans le Loiret, près d’Achille, le 2ème enfant de Sido. C’est là que Colette rencontre son futur mari, Henry Gauthier-Villars, alias Willy, et qu’elle part habiter avec lui à Paris.

Elle y fera la carrière que l’on connait. Elle y revendiquera une liberté de penser, se mariera 3 fois et aura une fille, Colette Renée de Jouvenel, née en 1913 et dont elle ne s’occupera pas.

Ces lieux devraient aussi vous plaire :
🔸 Les plus beaux villages et monuments de la Puisaye-Forterre
🔸 Les 15 plus beaux villages de l'Yonne
🔸 7 maisons gourmandes incontournables de la Côte d'Or
🔸 Basilique Sainte Marie-Madeleine de Vézelay : ses reliques et son histoire

La Maison de Colette

Avec son toit d’ardoise et sa grande façade blanche, la grande maison de Colette se distingue des autres maisons du village. Car non seulement elle est très grande – elle comporte 13 pièces – mais elle possède aussi une grande dépendance (qui a bien besoin d’être restaurée) et 3 jardins, dont un de l’autre côté de la rue.

Bien qu’une grande partie des meubles aient été vendus lors du déménagement de la famille Colette, la maison n’en reste pas moins fidèle à l’original. Colette a parfaitement décrit sa maison dans ses ouvrages, ce qui a permis à l’association qui gère aujourd’hui cette maison de la reproduire minutieusement. Jusqu’à la couleur de papiers peints et des rideaux. Il faut noter qu’une partie des meubles et des objets est d’origine car ils ont pu être rachetés par la suite.

C’est pour cela que cette maison n’est pas un musée. C’est une maison bourgeoise, qui semble toujours habitée. On y entre comme si on allait chez des amis, et c’est ce qui en fait tout le charme. Alors, que voir dans cette maison ? Voici les photos de cet endroit qui, j’espère, vous donneront envie d’aller la visiter.

Je veux bien y aller, mais c’est où Saint-Sauveur-en-Puisaye ?

Informations complémentaires

Pour découvrir les horaires de visite et les tarifs, voici le lien vers le site internet de La Maison de Colette. Et aussi vers celui de l’Office de Tourisme de la Puisaye-Forterre.

Découvrons notre patrimoine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.