Pourquoi traverser la baie du Mont-Saint-Michel à pied

Avez-vous déjà traversé la baie du Mont-Saint-Michel à pied, comme le faisaient les pèlerins au moyen-âge ? Si l’expérience vous tente, voici ce qu’il faut savoir avant de tenter cette belle aventure. Car la traversée n’est pas de tout repos et l’arrivée au Mont-Saint-Michel se mérite. Mais elle restera gravée à jamais dans vos mémoires. Alors, vous venez, je vous emmène !

Le Mont-Saint-Michel était l’un des plus grands sanctuaires de pèlerinage de la chrétienté. Des centaines de milliers de pèlerins venaient y prier l’archange saint Michel, le prince des anges, capable de faire des miracles. Les derniers kilomètres étaient ceux tant attendus et aussi tant redoutés car les conditions de traversée étaient incertaines. Aujourd’hui, l’expérience est exceptionnelle et très bien encadrée par les guides. Car oui, cette traversée de la baie du Mont-Saint-Michel doit se faire à pied, au moins une fois dans sa vie. Alors, oubliez le bus, enlevez vos chaussures et c’est parti pour 3 heures de marche sur les pas des pèlerins de l’époque.

Pourquoi traverser la baie du Mont-Saint-Michel à pied

1. Pour vivre une expérience incroyable

La traversée de la baie du Mont-Saint-Michel à pied est une expérience fantastique. Et voir le Mont se rapprocher au fur et à mesure de son avancée est très enthousiasmant. Il faut compter environ 3 heures pour effectuer les 9 km de marche qui mènent au Mont (parce qu’on n’y va pas tout droit, on zigzague un peu). Mais le chemin est rempli de belles découvertes, entre les sables mouvants dans lesquels on s’enfonce avec plaisir ou les bras de mer qu’on traverse. Et les guides savent très bien raconter les histoires et capter l’attention. En famille, avec des enfants, ou en duo, l’expérience est formidable et chacun l’apprécie à sa juste valeur. Attention toutefois aux pieds, comme la traversée se fait pied nu, cela peut faire mal sous la voute plantaire à la fin. Mieux vaut la faire avec des chaussures en plastique « spécial mer ».

2. Pour emboiter les pas des pèlerins du moyen-âge

Les chemins de pèlerinages s’appelaient les « Route du Paradis » et les pèlerins, des « miquelots ». Pendant des siècles, ils étaient des milliers à traverser les campagnes pour se rendre à l’abbaye du Mont-Saint-Michel. Le culte à l’archange était très important et les pèlerins n’hésitaient pas à faire des centaines de kilomètres pour lui apporter des offrandes.

Outres les pèlerinages classiques, le Mont a vu affluer de nombreux groupes d’enfants, appelés les « pastoureaux ». En effet, des groupes d’enfants venus de France, de Flandre, d’Allemagne ou de Suisse, âgés de 7 à 18 ans, cheminaient, avec ou sans l’autorisation de leurs parents, jusqu’au Mont. Les objectifs de ces groupes restent à ce jour mystérieux. Mais il se pourrait qu’ils aient été envoyés par leur village pour épargner les habitants de la peste et d’autres maladies qui sévissaient à l’époque.

3. Pour vivre une quête spirituelle

Si vous souhaitez effectuer un pèlerinage jusqu’au Mont-Saint-Michel, une association retrace les anciens chemins oubliés. Cette association s’appelle « les chemins du Mont-Saint-Michel ». On compte 9 chemins depuis les territoires normands (Rouen, Barfleur, Cherbourg, Chartres, etc…) et 5 depuis les pays européens voisins.

Dans cette quête spirituelle, la traversée de la baie du Mont-Saint-Michel à pied peut être considéré comme un baptême, un symbole du passage de la vie terrestre à la vie spirituelle. La mer s’ouvre face au rocher, comme la mer rouge devant Moïse et le peuple hébreux. Et la sensation d’émerveillement lorsqu’on aperçoit le Mont au loin reste intacte.

Mais c’est quoi cette histoire ?

L’histoire du Mont-Saint-Michel débute en 708. L’Archange saint Michel serait apparu à l’évêque d’Avranches, Aubert, en lui demandant de fonder un sanctuaire sur le Mont-Tombe. Et ce sanctuaire devait être de forme circulaire, comme celui qui existait déjà en Italie, le Monte Gargano, déjà dédié à saint Michel. Avec l’arrivée de reliques de saint Michel, le sanctuaire devient un lieu de pèlerinage.

Presque 2 siècles plus tard, en 966, des moines bénédictins s’y installent et commencent à s’organiser pour accueillir des pèlerinages de plus en plus importants. Ils vont y construire une église abbatiale, un scriptorium, un cloître, une bibliothèque et des bâtiments conventuels (réfectoire, dortoir…). On y vient de partout, de France, d’Angleterre, d’Italie, de Bavière et de Flandre.

L’abbaye devient un lieu de pèlerinage majeur de l’Occident chrétien mais aussi l’un des centres de la culture médiévale où furent produits, conservés et étudiés un grand nombre de manuscrits. Le Mont-Saint-Michel prend alors le surnom de « Cité des livres ».

Durant la guerre de Cent Ans (qui opposait le royaume de France à celui d’Angleterre), le Mont s’enrichit de fortifications. Mais après la Révolution, le Mont est déserté et les biens sont déclarés « biens nationaux ». Le Mont sert alors une prison jusqu’en 1863. Le Mont-Saint-Michel est aujourd’hui un lieu culturel et spirituel classé au Patrimoine Mondiale de l’UNESCO. C’est aussi le site touristique le plus fréquenté de Normandie.

La naissance d’un Mont

Planté au milieu d’une baie immense, régulièrement cerné par les marées, un monticule de granite culmine à 80m de hauteur. Il semble coupé du monde, mais les hommes en ont décidé autrement. Ils y ont érigé un monument impressionnant par son architecture et sa vocation, constitué de cryptes et de salles monumentales réparties sur 4 niveaux.
Sur ce mont très escarpé, tout n’est qu’escaliers, passage dérobés, ruelles minuscules et fortifications.

Mont-Saint-Michel

Mais qui est l’archange saint Michel ?

Saint Michel fait partie des 3 archanges les plus importants de la culture chrétienne : saint Raphaël (Dieu guérit en Hébreu), saint Gabriel (Dieu est fort) et saint Michel (« Comme Dieu »). Protecteur du peuple hébreu dans l’Ancien Testament, il est devenu le défenseur de l’église et de la France.

Saint Michel est donc un archange, le chef de la milice céleste, celui qui incarne les forces du Bien dans le combat mené contre le Mal. C’est une figure mythique considérée comme un émissaire de Dieu : il porte la parole divine. Mais il est aussi le juge des âmes. Muni d’une balance, il pèse les bonnes et les mauvaises actions des défunts, pour déterminer si leur place est au paradis ou en enfer.

Saint Michel serait apparu plusieurs fois aux hommes à différents endroits du globe, pour dicter ses volontés ou guérir les maladies. L’une de ses apparitions célèbres est celle auprès de Jeanne d’Arc. Il lui aurait demandé de ramener la paix dans le royaume de France.

Les lieux de cultes à saint Michel sont très répandus en orient dès le 4e siècle, notamment à Constantinople. Puis, ils se créent par la suite en occident, notamment en Italie dont les plus importants celui du Monte Sant’ Angelo dans les Pouilles (5e siècle) et celui de la Sacra di San Michele dans le Piémont. 

Ces lieux devraient aussi vous plaire :
🔸 Découvrez l'Ile Tatihou, dans le Cotentin
🔸 Pont-Audemer, une ville qui se sillonne au fil de l'eau
🔸 Les 5 plus jolis villages du nord Cotentin

Et si je veux passer un week-end sympa au Mont -Saint-Michel

Pour vous faire plaisir, et même super plaisir, vous pouvez séjourner dans le seul hôtel 5* de la Baie : l’Hôtel l’Ermitage Mont-Saint-Michel. Il est situé à 4 km du Mont et possède seulement 6 suites, autant dire que cet hôtel est à taille humaine. Le patron vous accueille avec beaucoup de gentillesse et le service est impeccable.

Pour effectuer la traversée à pied jusqu’au Mont-Saint-Michel, voici un site pour réserver un guide. Le mieux étant de partir de Genet et de choisir de revenir en bus jusqu’au point de départ. Je vous garantit qu’après 3 heures de marche dans le sable, la visite du Mont et de son abbaye, vous serez très content de prendre le bus pour retourner jusqu’à votre voiture.

Si vous avez un peu de temps après votre visite, faites un stop à la ferme des « Cara-meuh ! », située à Vains (25 mn du Mont, vers Avranches) . C’est une ferme familiale étique et bio qui propose des visites de leur exploitation laitière. Ils réalisent de très bons caramels artisanaux avec le lait de leur vache. Une visite à faire en famille ou pour les gourmands.

Je veux bien y aller, mais c’est où le Mont-Saint-Michel ?

Découvrons notre patrimoine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.