Sarlat-la-Canéda, la capitale du Périgord Noir

Partons à la découverte de Sarlat-la-Canéda, la capitale du Périgord Noir, en Dordogne. Cette jolie cité médiévale, qui existe depuis plus de 1000 ans, ne compte pas moins de 74 monuments historiques. Une densité record! Cette ancienne ville de marchands, de nobles et de juristes, attire aujourd’hui les amateurs de tourisme patrimonial, de gastronomie, et de nature. Une visite s’impose.

Sarlat-la-Canéda est située dans le très beau département de la Dordogne, en plein cœur du Périgord Noir. Au fil du temps, elle en est même devenue un incontournable. Avec ses petites places pittoresques, ses toits de lauze et ses ruelles pavées, Sarlat attire énormément de visiteurs charmés par ses vieilles pierres. Car il faut dire que Sarlat possède de nombreux atouts : un vaste patrimoine, des personnages illustres, une gastronomie alléchante. On peut le dire : cette cité sait vous accueillir !

Mais avant tout, Sarlat est une cité qui possède une histoire très riche. Et vous découvrez un bout de cette histoire à chaque coin de rue. Allez, je ne vous fais pas plus attendre, voici un court résumé de son périple au fil des siècles.

Un peu d’histoire …

On pourrait dire que l’histoire de Sarlat débute avec la construction de son abbaye bénédictine. Car même si le village était habité depuis bien longtemps, ce n’est qu’à partir de la fondation de cette abbaye au 9e siècle que la ville prend de l’ampleur.

Alors qu’au 12e siècle, Sarlat est un bourg important et prospère ; il atteint la taille d’une ville (environ 6000 habitants) au 13e siècle. Mais c’est sans compter sur la peste noire qui décime la moitié de ses habitants en 1280.

En 1317, l’abbaye de Sarlat devient cathédrale, puis évêché sous le Pape Jean XXII. L’ancienne ville des consuls, nobles et marchands, devient une ville de juristes et de clercs qui entourent l’évêque. Commence alors la transformation architecturale de la ville et de l’abbaye, qui ne s’achève qu’à la fin du 17e siècle.

Le temps des guerres

Sarlat, comme le Périgord, a connu les guerres de religion et la guerre de Cent-Ans. Elle passe de mains en mains, écartelée entre le Royaume de France et celui d’Angleterre. Et il faut attendre 1459 pour que la ville, comme le Périgord, redevienne Français. Son positionnement loin des cours d’eau lui a permis d’être préservée et de ne pas subir directement les attaques.

A la Renaissance, Sarlat adopte de nouvelles armoiries : la salamandre, symbole de renaissance et d’immortalité, surmontée de fleurs de lys avec la devise Ignibus et undis (Par le feu et par l’eau).

Puis, celui de la préservation

Au début du 16ème siècle, Sarlat s’embourgeoise. Les bâtisses se parent de tours de noblesse qui permettent de montrer sa richesse. Antoine de la Boétie fait construire sa célèbre maison, face à la cathédrale de Saint-Sacerdos. Son non moins célèbre fils, Étienne de La Boétie, y nait le 1er novembre 1530.

La ville garde son panache jusqu’au 18e siècle. Puis, elle décline lentement, de par son isolement. Ce sera une chance pour son patrimoine. En 1962, André Malraux crée la loi sur les secteurs sauvegardés et Sarlat est la première ville concernée. Pendant 25 ans, les restaurations se succèdent et font renaître la cité médiévale.

Aujourd’hui, Sarlat est labellisée Ville d’Art et d’Histoire.

Quoi voir à Sarlat-la-Canéda, dans le Périgord Noir

La Cathédrale Saint-Sacerdos

L’abbaye de Sarlat fait partie avec Paunat, Belvès, Périgueux, Brantôme et Terrasson, des six grandes abbayes du Périgord. Elle est la seule à avoir été épargnée par les Vikings car située à l’écart des cours d’eau. D’origine gothique, la cathédrale possède cependant un clocher roman qui date du 12e siècle. La cathédrale est classée monument historique.

Les Oies de François-Xavier Lalanne

Ces trois oies sont installées depuis 1992 sur la Place du Marché aux Oies. Cette place a accueilli jusqu’au 19e siècle le grand marché aux animaux de basse-cour de la ville. Pour symboliser ce marché, la ville a choisi d’installer une œuvre de Francois-Xavier Lalanne : trois oies en bronze. Elles sont devenues un point d’attraction de la cité de Sarlat et le passage obligé pour tous les visiteurs du Périgord Noir.

La place de la Liberté

C’est la place principale de Sarlat. C’est aussi ici que se trouve l’hôtel de ville et l’église Sainte-Marie. Il faut y passer pendant les jours de marchés.

L’ancienne église Sainte-Marie et sa vision panoramique

Cette ancienne église gothique est impressionnante car elle possède deux gigantesques portes que vous devez absolument voir. Elles mesurent 15m de haut ! Depuis que l’église a été remaniée par l’architecte français Jean Nouvel, elle abrite le marché couvert. Une réussite ! Vous pouvez aussi prendre un ascenseur installé dans le clocher pour admirer la vue à 360° sur la ville.

La façade de la maison La Boétie

Ecrivain humaniste, poète et philosophe, Etienne de La Boétie (1530-1563), grand ami de Montaigne, est né à Sarlat dans le plus bel hôtel particulier Renaissance de la ville. Figure parmi les plus illustres de Sarlat, ce fils d’un lieutenant du sénéchal du Périgord est resté célèbre pour son Discours de la servitude volontaire, considéré comme un texte fondamental de la démocratie moderne.

Le Manoir de Gisson

Le Manoir de Gisson se trouve sur la Place du Marché aux Oies. C’est un superbe édifice Renaissance dont l’intérieur comprend du mobilier et des costumes d’époque, et un intéressant cabinet de curiosités. L’hôtel de Gisson vous permet de découvrir la vie de la bourgeoisie sarladaise au 17e siècle.

Les petites niches mariales

Elles sont un peu partout, installées dans les façades et aux angles des rues. Ces petites niches comprennent des statues de Sainte-Marie qui servaient à protéger la ville de l’épidémie de la peste noire. On y a aussi placé des chandelles pour éclairer les rues jusqu’au 14e siècle.

Passer un week-end à Sarlat, dans le Périgord Noir

Sarlat est un lieu exceptionnel pour qui aime prendre son temps et découvrir les richesses du Périgord. Le patrimoine culinaire y est impressionnant :  noix, châtaignes, truffes, foie gras, confits et magrets, cèpes, fraises, etc… et le patrimoine architectural aussi.

Si vous souhaitez y passer un week-end, vous avez le choix parmi de nombreuses chambres d‘hôtes, hôtels de charme ou campings (notamment les campings Huttopia dont j’aime beaucoup le concept).. Le réseau « Bienvenue à la Ferme » est aussi très intéressant pour les familles en quête d’authenticité .

Pour préparer votre séjour, vous pouvez consulter le site de l’Office de Tourisme de Sarlat.

Quelques articles qui devraient aussi vous plaire:
🔸 Villefranche-de-Rouergue, l'une des plus grandes bastides de France
🔸 Belcastel, la pépite du Pays Rignacois en Aveyron

Les coulisses de ma visite

Je suis allée visiter le Périgord Noir il y a quelques années déjà. C’était un mois d’octobre. Le temps commençait à se rafraichir et le ciel a être blanc. J’y ai passé un week-end avec mon amoureux. Nous avions trouvé une chambre d’hôtes proche de Sarlat, dans une très vieille bâtisse pleine de charme. En 2 jours, nous avons eu le temps de visiter 3 villages et de découvrir quelques bons restaurants. Nous avions aussi pris le temps de flâner sur le marché de Sarlat à la recherche de bons produits. A cette époque, je n’avais pas encore ouvert ce blog. Mais, ce court passage m’a donné envie d’y retourner car la région est vraiment superbe et le patrimoine extraordinaire.Je suis sure que tous ceux qui connaissent le Périgord seront de mon avis. Non?

Les beaux villages n’attendent que vous !

Crédits Photos :  ©Chantille de Lincourt,  ©Sarlat Tourisme  ©Sarlat Info

Share
Pin it
Share
Share
1 comment
  1. Nous avons passé une semaine dans le Périgord Noir il y a quelques années maintenant. Nous avons visité énormément d’endroit dont Sarlat et le manoir Gisson. Nous avions beaucoup aimé. Le Périgord est l’un des coin de France que je préfère et nous envisageons d’y retourner prochainement. Nous aimerions même nous y installer c’est pour dire comme on l’aime 😊

Laisser un commentaire