Villefranche-de-Rouergue, l’une des plus grandes bastides de France

Villefranche-de-Rouergue, vous connaissez ? Situé en Aveyron, cette bastide de plus de 10.000 habitants est aujourd’hui la sous-préfecture du département. Pourquoi s’y arrêter, quelle est son histoire et que voir sur place, découvrez l’une des perles du Rouergue.

Pourquoi s’arrêter à Villefranche-de-Rouergue

Villefranche-de-Rouergue est l’une des étapes des chemins de Saint-Jacques de Compostelle. De nombreux pèlerins font étape ici, lorsqu’ils marchent depuis le Puy-en-Velay en direction de Conques et des Pyrénées. Et cette bastide royale fait même partie des haltes prisées depuis le début des pèlerinages, comme l’atteste la présence d’un hôpital qui recevait déjà les pèlerins en 1339.

Si vous voulez découvrir l’une des bastides les plus grandes et les mieux conservées de France, faites un stop à Villefranche !

Elle possède un riche patrimoine

Cette bastide ne possède pas moins de 11 monuments historiques classés. Vous avez donc le choix ! Dans la ville, je vous recommande de visiter la collégiale Notre-Dame (bien sûr !), la chartreuse Saint Sauveur (qui date du 15e siècle), la chapelle des Pénitents noirs (17e siècle) ou encore la chapelle de l’ancien hôpital Saint-Jacques. Et si vous avez un peu de temps, l’abbaye de Loc-Dieu et le Château de Graves, tous deux situés en dehors de la ville, sont également des sites incontournables à visiter.

Elle a un plan d’urbanisme typique

Quand vous vous promenez dans Villefranche-de-Rouergue, vous êtes surpris par ses ruelles bien structurées qui se croisent en angle droit. Impossible de s’y perdre. D’abord, parce que la ville est plutôt petite – elle se visite d’ailleurs très bien à pied -, ensuite parce qu’il suffit de se laisser guider par le clocher forteresse de la collégiale pour revenir dans le centre. Vous y verrez des maisons de pierre qui côtoient des maisons en torchis ou des demeures gothiques.

Sachez que le meilleur jour pour profiter de l’animation de cette ville est le jeudi. Je vous explique pourquoi juste en dessous.

Son grand marché du jeudi matin est superbe

Tous les jeudis-matins, et ce depuis près de 800 ans, un grand marché local se déploie dans les ruelles de la ville. Vous y trouverez une ribambelle d’étals multicolores autour desquels se pressent habitants et touristes de passage : foie gras, confits, charcuteries, fromages, volailles, fouaces, rissoles, aligot et veau d’Aveyron… C’est un régal pour ceux qui veulent découvrir les spécialités locales !

D’ailleurs, à Villefranche-de-Rouergue, c’est une institution ! Promenez-vous sur la Place Notre-Dame, au pied de la Collégiale, en ce jour spécial. C’est un jour de fête pour tous les habitants qui aiment s’y retrouver.

Un peu d’histoire …

J’en parle beaucoup, mais savez-vous ce qu’est une Bastide ? Et bien, une Bastide est une ville nouvelle construite au Moyen-Âge entre le nord de l’Aquitaine et les Pyrénées. Au 12e et 13e siècle, environ 300 bastides ont été construites. Elles permettaient de regrouper les populations des campagnes, de valoriser l’espace agricole et de créer des ressources économiques. Il fallait bien ça pour loger la population croissante du sud de la France.

L’une d’elles, Villefranche-de-Rouergue, a été fondée en 1252 par Alphonse de Poitiers (héritier des Comtes de Toulouse et frère du Roi Saint Louis).  A l’époque, chaque famille qui s’installait recevait un lot à bâtir (ayral) et un jardin (casal) pour subvenir à ses besoins. C’est pour cela qu’aujourd’hui, vous voyez encore de nombreux jardins exploités par les habitants le long de l’Aveyron. Je vous recommande d’ailleurs de faire cette balade le long de ces grands jardins. Vous passerez certainement par le pont des Consuls, autrefois surmonté par deux tours de guet. D’ailleurs, vous les retrouvez sur le blason de la ville. Il y avait ici un péage qui desservait le centre de la bastide. Et le long du cours d’eau se trouvaient les moulins, potiers, tanneurs et teinturiers.

Capitale du Rouergue entre 1369 et la Révolution, Villefranche-de-Rouergue compte à cette époque jusqu‘à 10.000 habitants. Ce qui est plus que toutes les autres villes aux alentours. C’est un peu après la révolution que Villefranche perd son statut de capitale au profit de Rodez.

5 lieux incontournables du centre-ville et des alentours

La Collégiale Notre-Dame et sa place

Tous les chemins mènent à elle ! Classée monument historique, la Collégiale surplombe la grande place commerçante du haut de son impressionnant clocher-porche de 58 mètres. Vous ne pouvez pas la manquer.  
Sa construction a duré près de 2 siècles, entre le 13e et le 15e siècle, avec un arrêt pendant la peste Noire (1348) puis au début de la guerre de Cent-Ans.
La place, quant à elle, est entourée d’arcades ogivales au-dessus desquelles se dressent de belles maisons de style gothique flamboyant ou renaissance.  

La Chapelle des Pénitents Noirs

La Chapelle des Pénitents Noirs de la Sainte Croix est un peu plus récente que les autres monuments puisqu’elle date du 17e siècle. L’extérieur ne paie pas de mine, mais l’intérieur est vraiment grandiose. N’hésitez donc pas à passer la porte de cette chapelle ! Dedans, vous serez admiratif devant sa voute en bois entièrement peinte en couleurs vives et ses nombreux décors et tableaux du 18e siècle. Un retable en bois sculpté du 18e siècle, doré à la feuille, représente des scènes de la Passion et de la vie du Christ.

Peut-être entendrez vous parler de l’étrange instrument que possède la Confrérie des Pénitents Noirs de Villefranche-de-Rouergue : un Serpent. Une vraie curiosité acoustique qui prend la forme d’un monstre marin et fait entendre une sonorité grave et douce, presque envoutante.

Le Monastère de la Chartreuse Saint-Sauveur

Situé à l’écart du centre-ville, le monastère de la Chartreuse Saint-Sauveur est un magnifique bâtiment de style gothique flamboyant, datant du 15e siècle. Il comprend 2 cloitres. L’un, considéré comme le plus vaste de France et un deuxième, plus petit. Ainsi qu’une très jolie chapelle.
Il était habité par des moines-ermites obéissant aux stricts préceptes voulus par saint Bruno qui imposait la solitude, le silence, la privation et le travail spirituel. Le Monastère a été occupé pendant plus de 3 siècles avant que les religieux n’en soient expulsés à la révolution.  

La Chapelle Notre-Dame des Treize Pierres

Cette chapelle de style gothique languedocien date du 15e siècle. Elle a été construite en dehors de la ville après une épidémie de peste particulièrement meurtrière. C’est un sanctuaire lié à la communauté religieuse des Clercs de Saint-Viateur qui a été entièrement décoré de fresques de style byzantin réalisées en 1952 par l’artiste russe, Nicolaï Greschny.  

L’Abbaye Cistercienne de Loc-Dieu

Si vous avez un peu de temps, faites un tour par l’abbaye de Loc-Dieu, située à 5 km au sud de la ville. C’est la plus ancienne abbaye cistercienne fortifiée du Rouergue – elle date du 12e siècle. Transformée par la suite en château, vous pouvez toujours y voir ses parties monastiques (cloitre, salle du chapitre, abbatiale) et son grand parc romantique avec son lac. C’est un endroit très reposant.
Savez-vous que la Joconde et les tableaux du Louvre ont été cachés dans ce domaine en 1940 pour échapper aux pillages allemands ?

Quelques spécialités à déguster sur place

On ne peut pas passer dans l’Aveyron, sans gouter quelques spécialités locales. Parmi celles-ci, je vous conseille de déguster les excellents farçous, une galette à base de chair à saucisse, de vert de blettes et d’oeufs. C’est un vrai délice. Et pour un petit plaisir sucré, la fouace est le gâteau traditionnel du département. En fait, c’est une brioche sucrée parfumée à la fleur d’oranger. Puis, pour les amateurs d’alcool, buvez un petit godet de ratafia. C’est un apéritif traditionnel à base de moût de raisin et d’eau-de-vie de marc.

Et bien sûr, le plat incontournable à manger sur place est le célèbre aligot, mélange de purée de pomme de terre et de tome fraîche. Bref, l’Aveyron possède une grande richesse culinaire et de nombreux plats traditionnels que je citerai juste, comme la salade de Répountchous, le Fricandeau, la rissole aux pruneaux, l’estofinado, le gâteau à la broche. Et pour terminer, les fromages et parmi ceux-ci, le roquefort bien sûr !

Vous trouverez quelques jolies recettes aveyronnaises sur ce site : Déguster l’Aveyron


Passer un week-end à Villefranche de Rouergue

Si vous voulez faire une petite pause gastronomique, faites une petite halte à l’Epicurien ou à la Gabelle. Ce sont 2 restaurants incontournables dans la ville. Je ne vous parle pas d’un autre restaurant connu à Villefranche mais qui va bientôt fermer : L’Univers. Il avait été repris par d’anciens participants de Top Chef, Quentin et Noémie. Et pour trouver une jolie chambre d’hôte, regardez le site de l’Office de Tourisme, il y a plein d’idées.

Je veux bien y aller … mais c’est où ?

A découvrir à proximité :
🦋 Belcastel, la pépite du pays Rignacois 

Les beaux villages n’attendent que vous !

Crédit Photos. ©Chantille de Lincourt. Chapelles : ©Office Tourisme Aveyron. Monastère : ©OT Ouest Aveyon

Share
Pin it
Share
Share
2 comments

Laisser un commentaire

You May Also Like