Pourquoi l’architecture de nos maisons traditionnelles est-elle différente ?

Typiques, ancestrales et authentiques, nos maisons traditionnelles révèlent toutes les facettes de l’architecture de nos régions. Bâties en pierre, granit, brique, schiste, terre, bois, ou autres, elles offrent un vrai kaléidoscope régional. Mais pourquoi avons-nous tant de différences d’une région à l’autre ?

Gilles Alglave, Président de l’Association « Maisons Paysannes de France », nous apporte quelques éléments de réponse. « Depuis la nuit des temps, la maison est l’expression de la géographie et de la géologie. Les gens construisaient les maisons avec les matériaux qu’ils avaient à proximité. Elles sortaient du sol, si je puis dire. Les guerres mondiales et la période de reconstruction ont modifié tout ça. Elles ont fait disparaitre une grosse partie de nos savoir-faire locaux et ont contribué à uniformiser nos nouvelles maisons. »

Mais Gilles Alglave va plus loin, car il soutient fermement que l’habitat vernaculaire, celui qui est local et varié, est également une source d’inspiration en termes d’écologie. « La culture rurale est un modèle de développement durable. Les techniques et les façons de faire de nos anciens étaient respectueuses de l’environnement. C’est ce vers quoi nous devons à nouveau tendre aujourd’hui lorsque nous construisons ou agrandissons nos maisons. »

Les maisons possèdent donc plusieurs types d’architecture selon les influences géographiques, le relief, ou les matériaux trouvés sur place. Je vous propose donc de faire un petit tour de France afin de découvrir les styles architecturaux les plus emblématiques de nos régions.

En préambule de ce tour de France de nos maisons, Gilles Alglave nous précise que « la maison paysanne traditionnelle avait un concept beaucoup plus vaste qu’une simple maison d’habitation. Elle comportait un habitat pour les personnes et pour les bêtes, mais aussi un abri pour les matériels et les récoltes. Et elle était relativement modeste car elle était construite avec les outils dont les familles disposaient. »

L’architecture des maisons du Nord de la France

La longère

La Longère est une maison que l’on retrouve dans de nombreuses régions et notamment en milieu rural. C’est la maison des « paysans » par excellence. Autrefois, elle abritait la famille, mais également les bêtes ou le foin. C’est d’ailleurs souvent une ancienne ferme reconvertie en maison d’habitation. Et elle est forcément construite de plain-pied pour pouvoir accueillir les animaux de la ferme.

La chaumière

C’est une maison esthétique, qui comporte un toit de chaume très incliné pour rester étanche. Ses murs sont en colombage remplis de torchis.

Dans notre imaginaire collectif, la chaumière est la maison typiquement Normande. On l’imagine installée aux abords des champs ou dans des prairies, entourée de vaches. En fait, on la retrouve aussi dans d’autres régions, comme la Bretagne ; mais aussi dans d’autres pays (aux Pays-Bas, au Danemark ou en Allemagne).

La maison à colombages ou à pans de bois

La maison à colombages ou à pans de bois est une maison qui utilise le bois à des fins ornementales. On la retrouve typiquement en Alsace.

Les façades sont sculptées et sont souvent faites en brique, en plâtre ou en torchis. Elles sont parfois colorées, avec des balcons très décorés. Et elles comportent aussi souvent des symboles locaux ou familiaux, comme des armoiries. Elles ont un toit pendu pour résister aux intempéries.

La maison picarde

La maison picarde est typique. Les matériaux utilisés pour sa construction varient suivant les départements. Elle peut être en craie, en brique, en ardoise et en pierre bleue dans l’Aisne ou la Somme, ou en bois et torchis dans l’Oise (comme à Gerberoy par exemple).

L’architecture des maisons du Sud de la France

Le mas, en Provence

Ce sont des fermes typiques du midi de la France. On en trouve en Provence ou dans le Languedoc-Roussillon. Les mas comportent d’épais murs de pierre, pour garder une température idéale, et des fenêtres étroites. Ils sont toujours tournés vers le sud pour protéger du Mistral.

L’échoppe, dans le bordelais

L’échoppe est la maison typique de Bordeaux et de sa région. Bien que sa façade semble étroite, l’ échoppe est construite en profondeur et généralement accompagnée d’un petit jardin. C’est généralement une maison basse et de plain-pied. À l’origine, les échoppes bordelaises étaient habitées par des artisans et des commerçants.

La maison basque, dans le sud-ouest

Il existe plusieurs types de maisons traditionnelles dans le Pays basque. La plus connue est la maison labourdine, « etxe » en basque. Elle possède des murs blanchis à la chaux et des colombages principalement rouge « sang de bœuf », mais aussi parfois vert ou bleu.

La maison vigneronne

La maison vigneronne était à l’origine le lieu d’habitation et de travail des vignerons du Languedoc. Elle comporte des étages afin de pouvoir entreposer le matériel au rez-de-chaussée (cuves, pressoirs, cellier) et d’y habiter. On accède à l’espace d’habitation par quelques marches implantées perpendiculairement ou parallèlement à la façade. La cave est accessible depuis la rue.

Le Chalet, dans les montagnes

Le chalet est la construction typique de la région des Alpes. A l’origine, le chalet est une construction en pierre et/ou en bois dans laquelle les vachers-fromagers séjournent à la belle saison pour s’occuper du bétail et confectionner le fromage. Les fondations sont réalisées en pierre et le reste de la maison est en bois (traditionnellement construits en madriers).

Vous l’avez compris, l’architecture de nos maisons nous vient de très loin. Elle dépend de nombreux facteurs, mais surtout du terrain sur lequel les maisons étaient construites. Mais elles étaient aussi le résultat de nos savoir-faire, qui tendent peu à peu à disparaitre. Et elles étaient également profondément écologiques et économiques. De quoi inspirer les architectes d’aujourd’hui.


Lire les autres articles de cette série:
🔸 Pourquoi avons-nous autant de villages en France ?
🔸 Nos villages ressemblent-ils encore à celui d'Astérix et Obélix ?
🔸 Les villages, un atout patrimonial pour le tourisme en France ?
🔸 Comment redynamiser nos villages ?
🔸 La diagonale du vide, voyage au coeur de la France Profonde

Petites définitions

  • Torchis : mélange d’argile, de paille et d’eau.
  • Colombage : assemblage de poutres en bois
  • Chaume : mode de couverture, constitué de paille de blé, de paille de seigle (ou glui), de tiges de roseaux (ou sagne) mais aussi de genêts et de bruyères.
  • Hourdage : Maçonnage grossier de moellons et de plâtras.
  • Madrier : pièce de charpenterie disposée horizontalement et destinée à assurer la solidité d’un ouvrage. Sa taille se situe entre la poutre et le tasseau.
Maisons Paysannes de France : Association nationale, reconnue d'utilité publique, qui aide les particuliers et les collectivités locales dans leurs projets en faveur du patrimoine rural.
L'association a pour mission la sauvegarde de ce patrimoine :
• en favorisant l'entretien et la restauration du bâti traditionnel,
• en respectant son identité et ses qualités environnementales irremplaçables,
• en protégeant les paysages,
• en encourageant une architecture contemporaine de qualité en harmonie avec son environnement.
L'Association possède un réseau de personnes expertes de l'architecture traditionnelle dans chaque département. N'hésitez pas à les contacter.

Les beaux villages n’attendent que vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *