Fresnay-sur-Sarthe, magnifique cité de caractère au bord de l’eau

Il y a des petits villages que l’on n’oublie pas et Fresnay-sur-Sarthe en fait partie. Cette petite cité de caractère a tout pour plaire : de très jolis quartiers, une église classée avec une superbe porte sculptée, des vestiges d’un ancien château et des petites maisons typiques installées au bord de l’eau. Vous l’aurez compris, Fresnay-sur-Sarthe est un magnifique village que j’ai adoré découvrir. Alors, préparez-vous à être émerveillé par cet endroit.

Cette semaine, je vous emmène découvrir le très beau village de Fresnay-sur-Sarthe, classée « Petite Cité de Caractère ». Et croyez-moi, elle porte bien son titre. D’ailleurs, elle représente la région Pays de la Loire dans l’émission de Stéphane BernLe village préféré des Français ».

Mais comme d’habitude, je vous propose de découvrir l’histoire de cette cité avant d’en découvrir ses lieux emblématiques.

ligne

Mais, c’est quoi cette histoire ?

Fresnay-sur-Sarthe a commencé à être habité au 10e siècle. La première mention de Fresnay-sur-Sarthe date de 997. Et elle est due à la présence d’un château défensif, pas très grand, mais très bien situé, sur un promontoire rocheux. De cette position stratégique, les vicomtes de Beaumont et leur suzerain, les comtes du Maine, cherchent à se protéger des envahisseurs normands. Il est d’ailleurs le siège de nombreux combats, entre les Comtes du Maine et Guillaume le Conquérant, au 11e siècle.

Au 13e siècle, on encercle la cité avec trois enceintes et trois portes d’accès pour mieux la protéger. A l’intérieur, la vie s’organise autour de ses grandes halles, de son église et de ses nombreux marchés.

Pendant la guerre de Cent Ans, la cité passe très souvent sous domination anglaise. Elle est à chaque fois libérée par les armées d’Ambroise de Loré, qui fait de la lutte contre les anglais son cheval de bataille. Fait prisonnier par les anglais, ce même Ambroise de Loré fini par échanger la ville contre sa liberté. Fresnay repasse donc sous domination anglaise en 1420, jusqu’à ce que les armées du Duc d’Alençon ne la libèrent pour de bon trente ans plus tard.  

Une renommée dans le textile

La ville prospère ensuite en développant un artisanat qui deviendra une véritable industrie quelques siècles plus tard : le textile. La culture et le tissage du chanvre et du lin occupent de plus en plus de familles. La rivière fait vivre deux tanneries et trois moulins.

A partir du 18e siècle, les remparts ne sont plus entretenus et tombent en ruine. Les pierres sont utilisées pour construire des maisons. Et les jolis quartiers de tisserands se développent, comme ceux du Bourgneuf ou du Creusot. Les riches négociants font construire de belles demeures. Au 19e siècle, la ville est connue pour son textile avant que tissage, blanchisserie et broderie ne s’arrêtent au 20e siècle.

Ces autres lieux devraient aussi vous plaire :
🔸 La Cité Plantagenêt, le plus vieux quartier du Mans
🔸 Moret-sur-Loing, une cité royale pleine de charme
🔸 Provins, une imposante cité médiévale aux portes de Paris
🔸 Gisors, la capitale oubliée du Vexin Normand
ligne

Que voir à Fresnay-sur-Sarthe ?

Les vestiges du Château et son parc

En tant qu’ancienne cité fortifiée, Fresnay-sur-Sarthe possédait un château et une enceinte. Ou plutôt trois. D’ailleurs, aujourd’hui pour entrer dans le parc du château, vous devez passer sous une imposante poterne à deux tours. A l’époque, cette poterne comprenant un pont levis qui enjambait un fossé sec. Il ne reste que quelques ruines de l’ancien donjon du château mais le parc est très agréable et la vue y est superbe. Du bout du parc, vous dominez les habitations installées sur les méandres de la Sarthe. Une position stratégique dans laquelle il est très agréable de se poser.

L’église Notre-Dame et sa porte sculptée

L’église Notre-Dame date du milieu du 12e siècle. Elle a été construite par les anciens Comtes du Maine et seigneurs de Beaumont. On dit aussi qu’elle avait été commandée par la reine Berthe, bienfaitrice de la paroisse et de la région.

Ce qui attire le regard, c’est sa superbe porte en chêne sculptée. Elle a été posée au 16e siècle (1528) et présente les scènes de l’Ancien (avec l’arbre de Jessé) et du Nouveau testament (avec les apôtres).  A l’intérieur, on peut y voir de grandes statues (Jean d’Arc, Saint Bonaventure et plein d‘autres), trois autels et un gisant.

La ruelle du Cygne

C’est l’une des rares ruelles qui témoigne vraiment de l’habitat médiéval : étroite, qui serpente entre les maisons, avec un caniveau au centre. Fait important, elle possède un pontet, c’est-à-dire une habitation qui passe au-dessus de la ruelle. A l’époque, le m2 au sol était cher, et construire par-dessus la rue n’était pas imposable.

La Cave du Lion

Juste en-dessous du musée de la coiffe, se trouve la Cave du Lion. On y entre par la fenêtre ! Le plus surprenant, ce sont ses voutes qui nous font penser à une église ou à un monastère … et pourtant, vous êtes bien dans une cave semi-enterrée.

Cette cave date du 13e siècle, et on pense qu’elle servait de cellier à son propriétaire qui y entreposait ses marchandises. C’est un exemplaire assez unique qui est inscrite au registre des monuments historiques.

Le musée de la coiffe

Le musée comprend une centaine de coiffes sarthoises qui ont été données par des habitants du village et du département. Une équipe de lingères bénévoles les restaure et les expose. Bonnettes, Bise-moi-vite et Galettes se succèdent pour montrer l’évolution des coiffes depuis les années 1800.

Les quartiers des tisserands

La toile de Fresnay était très réputée jusqu’au début du 20e siècle. Et il y a eu jusqu’à 1200 ouvriers (dont une large majorité de tisserands) dans le village. Les travailleurs étaient installés dans deux quartiers : celui du Creusot, juste en bas de la vieille ville, et celui du Bourgneuf.

Les maisons de tisserands sont typiques. Elles sont à demi enterrée pour pouvoir permettre de tisser avec un degré d’humidité et une température constante. Elles sont aussi étroites avec plusieurs étages pour héberger les familles.  

Et si je veux passer un week-end sympa à Fresnay-sur-Sarthe

Vous pouvez résider au gite du Bourgneuf, une petite maison typique au bord de la Sarthe. Elle a la particularité de posséder une salle de bain troglodytique. L’autre possibilité est de réserver au Refuge des Alpes Mancelles, situé lui aussi au bord de la Sarthe, mais dans le quartier du Creusot.

Et pour bénéficier d’un bon petit repas sans prétention, vous pouvez vous attabler à l’une des tables du restaurant Il Calcio. Les pizzas y sont excellentes.

Je veux bien y aller … mais c’est où Fresnay-sur-Sarthe ?

ligne

Informations pratiques

Pour plus d’informations sur la jolie cité de Fresnay-sur-Sarthe, consultez le site internet de la ville. Ou celui de l’Office de Tourisme de la Sarthe.

Les coulisses de ma visite

J’ai eu l’occasion de visiter la Sarthe avec le concours de Sarthe Tourisme. Après avoir découvert la Cité Plantagenêt, le vieux quartier du Mans, j’ai pris la route direction Fresnay-sur-Sarthe. C’est une magnifique Petite Cité de Caractère qui a très bien su préserver son authenticité. Je tiens à remercier Madame le Maire ainsi que Lauréna Salion, guide conférencière du village, qui m’ont réservé un accueil très chaleureux.

Les beaux villages n’attendent que vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *