Il était une fois, le Château de La Napoule

Le Château de la Napoule cache une surprenante histoire ! Celle d’un riche couple de mécènes américains, excentriques et passionnément amoureux, qui ont racheté les ruines de cette ancienne forteresse médiévale pour en faire un lieu à leur image : artistique et fantasque.

Revêtu des pierres rouges et vertes de l’Estérel tout proche, le château de la Napoule dresse ses remparts et ses tours face à la baie de Cannes. Ce château, du moins dans sa forme actuelle, n’a pas été dicté par l’histoire de France. Mais bien par la volonté d’un riche couple d’Américains, Henry et Marie Clews.

Résidant à l’année dans la ville de Mandelieu-la-Napoule, nous ne résistons pas à l’envie de vous faire découvrir cet édifice unique de par son histoire hors du commun, et sorti de l’imagination fertile d’un couple complètement extravagant.

Philippe et Dominique

Un peu d’histoire …

L’histoire du château remonte au 14e siècle. En 1387 plus précisément. A cette époque, les comtes de Villeneuve construisent un château sur d’anciens vestiges Romains et Sarrazins. Ce château servait à repousser les envahisseurs, qu’ils soient Maures, Rois de France, de Sardaigne ou de Savoie, ou encore appartenant à la puissante famille Grimaldi.

Détruit plusieurs fois suite aux invasions, pillages, guerres et autres révolutions, le château de la Napoule devient la propriété d’un parfumeur grassois en 1876 puis d’un maitre verrier dans les années 1900.

Demi-ruine, puis demi-villa bourgeoise, ce n’est qu’en 1918 qu’il tombe entre les mains artistiques du couple Clews.

Henry et Marie Clews, une rencontre passionnelle

Henry Clews est le fils d’un baron de la finance de Wall Street. Chassé par son père qui ne comprend pas son gout pour la peinture, Henry se tourne vers une carrière artistique. De piètre peintre, il dévoile tout son art dans la sculpture. Marie, de son vrai nom Elsie Whelen, est la fille d’un banquier mélomane qui a créé l’Orchestre philharmonique de Philadelphie.

Marie et Henry se rencontrent lors d’une manifestation canine à Newport (Rhode-Island). Elle est déjà mariée avec l’héritier de la 3eme fortune des États-Unis ; lui est fraichement divorcé. Ils se marient en 1914 et auront un fils prénommé Mancha, car Henry se passionne pour Don Quichotte.

Véritable couple fusionnel, Henry trouve en Marie une source d’inspiration et surtout un soutien sans faille. Ils vivent d’abord à Paris, où Marie se consacre à sa passion pour la musique. Henry, quant à lui, développe son talent de sculpteur auprès d’Auguste Rodin. Puis, souhaitant fuir la première guerre mondiale et soigner leur fils malade, le couple trouve refuge dans le sud de la France.

L’œuvre de leur vie

C’est en novembre 1918 que le couple achète le château de La Napoule et s’installe dans les ruines de cette demeure médiévale.

Ils vont y concevoir un sanctuaire à leur image : imaginaire et fantasque. Sans aucune recherche archéologique, ils vont édifier un ouvrage néo-médiéval. Ils conservent la tour romaine et la tour sarrazine ainsi que la maison de maître qui sera complètement remaniée.

Grâce à sa fortune, le couple restaure le « château de la misère » et construit de nombreux bâtiments. C’est Marie, l’architecte et la paysagiste, qui conçoit les modifications du château et la réalisation des jardins attenants. Henry, quant à lui, s’occupe de la déco. Il installe ses œuvres dans tous les recoins : animaux fantastiques, sculptures phalliques, personnages caricaturaux.

Les travaux durent presque vingt ans. Face à ce chantier colossal qui mêle plusieurs influences (gothique, rococo, sarrazine, romane), ils doivent faire appel à une douzaine de tailleurs de pierre piémontais. Le couple finalise enfin son monde fantastique et enchanteur. Et pour rappeler à leurs visiteurs leur univers fantasmagorique, « Once upon a time » (Il était une fois) est gravé au-dessus de l’entrée.

Les années excentriques

Marie Clews, profondément marquée par le style néo-gothique qu’elle a découvert en Allemagne durant sa jeunesse, encadre les fenêtres de lourdes tentures et les portes de ferronneries gravées à leurs initiales. Des animaux d’Afrique se promènent librement dans le jardin. Le personnel doit porter des costumes d’opérettes, des uniformes de l’armée des Indes ou des tenues à mi-chemin entre santons et vestales.

Le château de La Napoule dévoile tout le romantisme et la complicité de ce couple d’artistes fantasques et amoureux. On le retrouve tant dans les poèmes dédiés aux yeux bleus de Marie que dans la crypte du mausolée où les époux sont réunis à jamais.

Cette crypte, située dans la tour de « La Mancha » est très particulière. Les caveaux sont ouverts pour permettre aux âmes des deux défunts de s’échapper et de se retrouver tous les cent ans.

Les jardins du Château de la Napoule

C’est Marie qui dessine et réalise les jardins. Elle les a conçus comme un tableau vert et blanc ; chaque plante (arbres, conifères et topiaires) à un feuillage persistant. Ces jardins comprennent un jardin principal qui s’ouvre par une grande allée à la française. Cette allée donne sur trois autres petits jardins : le jardin de La Mancha, les terrasses sur la mer et le jardin secret.

Ces jardins, qui sont labélisés « Jardin Remarquable », comprennent des bassins et des fontaines, une chapelle et des pergolas.

Le château et le jardin sont gérés par la Fondation créé par le couple. Le château abrite aujourd’hui la collection de sculptures de Henry Clews et héberge des projets artistiques internationaux.

Ces articles devraient aussi vous plaire:
🔸 Les 15 plus beaux villages des Alpes-Maritimes
🔸 Lucéram, le village aux 500 crèches
🔸 Le château de Monte-Cristo, le paradis terrestre d'Alexandre Dumas

Je veux bien y aller mais c’est où La Napoule ?

Quelques informations pratiques

Pour découvrir les actualités, les expositions et les tarifs du Château de la Napoule, cliquez ici.
Marie Clews : 1880 -1959. Henry Clews : 1876 – 1937.
Crédit photo du couple (noir et blanc) : © Château de la Napoule.
Retrouvez Philou et D.Clics sur leur page Facebook

6 comments
  1. Dom et Philippe je viens de lire l’article, il est tout simplement sentationel.
    Félicitations à tous les 2.

  2. Très bel article, complet et passionnant… et particulièrement bien illustré! Bravo et merci pour cette découverte!

  3. Coucou Philippe et Dominique ! Eh bien le voici ce fameux article sur le Château de la Napoule, si agréablement situé, dont je garde (aussi) le charmant souvenir d’un déjeuner estival en terrasse, vue sur la mer. Humm… Merci pour votre article, les photos sont vraiment très jolies, je suis certaine que vous allez susciter bien des envies de venir découvrir ce lieu très singulier. Une co-création fondée sur le sentiment amoureux, c’est beau n’est-ce pas ?…Bien amicalement ! 😉 Astrid

    1. Merci beaucoup pour votre gentil commentaire Astrid. Ravis que l’article vous plaise et ressasse vos souvenir de ce lieu tellement atypique. Amicalement, Domi et Philou.

Laisser un commentaire