Galerie Pierini: ils installent leur verrerie d’art dans l’ancien moulin à huile de Biot

Dans ma série “Ils font revivre un lieu historique”, rencontre avec Antoine Pierini, artiste verrier de renom installé dans l’ancien moulin à huile de Biot 

Antoine est né à Biot d’un père verrier et d’une mère infirmière.  « J’ai été élevé dans ce vieux moulin où j’ai vu mon père travailler le verre durant toute mon enfance. »  Quand la famille Pierini l’achète en 1980, ils redonnent au vieux moulin un nouveau souffle. Et ce magnifique lieu le leur rend bien. « C’est un lieu très inspirant et un bel écrin pour nos créations. » Rencontre.

Antoine Pierini

Que vous a apporté l’installation dans ce moulin ?

Mon père, Robert Pierini, a commencé par travailler un temps à la Verrerie de Biot sous la direction d’Eloi Monod. Il y a appris à réaliser des objets en grande série, de type vases, verres, pichets, etc… . Mais son ambition était de créer ses propres œuvres. Quand il a su que l’ancien moulin de Biot était en vente, il a sauté sur l’occasion pour s’installer à son compte et ainsi donner libre court à sa créativité. L’installation dans ce vieux moulin a vraiment marqué un tournant dans la carrière de mon père. 

Pourquoi choisir le village de Biot ?

La première verrerie a été créé à Biot en 1956. Le savoir-faire biotois dans ce domaine s’est fortement développé et le village a connu une grande renommée internationale. Biot, qui était connu pour être le village des potiers est devenu en quelques années le fer de lance de la création du verre contemporain. C’est le lieu qui permet aujourd’hui le plus d’échanges entre artistes de ce milieu.

A lire aussi: Balade à Biot, le village des souffleurs de verre

Quelle est votre spécialité ?

Tout d’abord, mon père a remis à l’honneur le travail du verre soufflé à la canne
Au départ, il s’inspirait des vase anciens, limite antique, des formes crétoises qu’il réalisait avec beaucoup de finesse et très peu de transparence. Au fur et à mesure, il a inclus la transparence dans ses œuvres jusqu’à ce qu’elle soit omniprésente et que les formes soient très épurées.
C’est ainsi que mon père, Robert Pierini, a inventé la technique du plissé-drapé. Ce qui lui a valu d’être surnommé le « grand couturier du verre » !

Pour ma part, je suis très inspiré par la culture méditerranéenne. L’objet qui symbolise le mieux cette culture est l’amphore car c’est un objet d’échange positif entre les peuples. D’ailleurs, je prépare une exposition sur ce thème qui comprendra une accumulation d’amphores blanches avec des formes complètement revisitées. Elles seront mises en valeur grâce à des jeux de lumière et d’image, projetés sur les objets. Je souhaite proposer une véritable expérience sensorielle aux visiteurs. 

Vous accueillez des artistes en résidence, c’est très innovant comme concept

Oui, ce concept n’existait pas dans le domaine du verre. Ca consiste à accueillir un artiste verrier et à travailler avec lui à la réalisation d’œuvres qui sont ensuite exposées dans notre galerie. Cette formule favorise l’apprentissage et la transmission du savoir-faire. Nous avons déjà accueilli des artistes internationaux de renoms et de temps en temps des artistes français à fort potentiel qui souhaitent se perfectionner. 

Mais nous aimerions élargir encore plus notre champ des possibles. Nous aimerions accueillir des grands noms de l’art contemporain qui souhaitent apprendre à travailler le verre en complément de leur art. 

En parlant d’élargir le champ des possibles, vous proposez également de vivre des expériences tout à fait originales, racontez-nous !

Exactement. Nous accueillons des petits groupes avec des expériences de soufflage de verre, ce qui permet de faire découvrir notre métier et notre savoir-faire.
Mais nous avons aussi créé un concept qui mêle grands chefs étoilés et grands maitres verriers, pour cuisiner avec le verre. Très vite, ce concept a eu beaucoup de succès. Nous avons eu de plus en plus de demandes et sommes même allés aux États-Unis pour participer à un évènement organisé par une œuvre de charité dans un musée. Ce concept est un réel succès qui contribue à nous faire connaitre du grand public.

Œuvre à 4 mains réalisée avec l’artiste biotoise, Anne Gaelle Arnaud. En bronze et verre.

L’histoire du moulin de Biot 

Ce moulin à huile d’olive communal a été construit en 1748 avec des pierres provenant de l’ancienne forteresse de Biot. D’ailleurs, en plein centre de la galerie, il y a encore la grande meule qui est située exactement à l’endroit originel. Mais la bâtisse est beaucoup plus ancienne, elle date du 15e siècle. Il semble que ce bâtiment ait d’abord été une ferme qui, par la suite, a été transformée en moulin. 

La famille Pierini a fait beaucoup de travaux en arrivant pour la restaurer et lui redonner une âme. Ces vieilles pierres offrent un écrin exceptionnel aux œuvres contemporaines exposées.

Une petite curiosité à découvrir dans la galerie

A l’intérieur de la galerie, si vous levez les yeux, vous pourrez voir un visage sculpté dans la pierre.

Au départ, il y en avait 2. Un au-dessus de la porte d’entrée qui s’est enlevé au moment de la rénovation de la façade (mais que la famille Pierini a conservé), et le deuxième à l’intérieur de la galerie, en haut du mur, du côté de la meule. 

Les maçons de l’époque ont signé leur travail en incrustant leur visage dans le mur.


Je vous conseille de vous arrêter dans la galerie à Biot pour admirer le travail de l’artiste verrier Antoine Pierini. Vous y verrez Antoine opérant derrière les fours et Gaëlle, sa femme, à l’accueil. Belle visite !

Je veux bien y aller … mais c’est où ?

Pierini Centre d’Art du Verre
9, chemin du Plan
06410 Biot
04 93 65 01 14
info@pierini.fr
http://www.pierini.fr

Pour lire les autres articles de ma série “ils font revivre un lieu historique”:
Share
Pin it
Share
Tweet
Share
Share

Laisser un commentaire

You May Also Like