Moustiers-Sainte-Marie, un village réputé pour sa faïence

Poursuivons la série d’articles sur les « Villages et Cités de Caractère » des Alpes de Haute-Provence avec la visite d’un 5ème village emblématique, celui de Moustiers-Sainte-Marie. Qui n’a jamais entendu parler de ce village ? Il est connu et reconnu pour sa faïence, son étoile suspendue, sa chapelle perchée et ses petites boutiques d’art. Une petite pépite que des milliers de visiteurs viennent découvrir chaque année. Allez, venez, je vous emmène !

Moustiers-Sainte-Marie est un petit village de 700 habitants situé dans le Parc Naturel Régional du Verdon et le Géoparc de Haute-Provence. Comme il est vraiment très beau, il possède une double labellisation : celle des « Villages et Cités de Caractère des Alpes de Haute-Provence », comme Colmars-les-Alpes, Annot, Castellane, Entrevaux, etc… mais aussi celui des « Plus Beaux Villages de France ».

C’est un vrai bonheur que de visiter Moustiers-Sainte-Marie. Les maisons y sont colorées, construites tout en hauteur et collées les unes aux autres. Les oliviers parsèment les placettes pavées. L’eau, présente partout, jaillit en haute cascade ou en fontaine. Et les boutiques d’artisanat se comptent par dizaine.

Mais Moustiers-Sainte-Marie a surtout pour singularité d’héberger un savoir-faire mondialement reconnu, celui de la Faïencerie. Un art qui se perpétue dans le village depuis plus de 400 ans et que je vous emmène notamment découvrir aujourd’hui. On y produit des objets dont l’émail au blanc laiteux a contribué à la renommée des lieux.

Mais c’est quoi cette histoire de faïence à Moustiers-Sainte-Marie ?

Les origines de Moustiers-Sainte-Marie remontent au 5ème siècle lorsqu’une petite communauté de moines venus des îles de Lerins (toutes proches) s’y installent pour évangéliser la vallée. Ils habitent alors dans les cavités creusées dans le tuf et commencent à défricher les terres pour y bâtir un monastère.

Chassés ensuite par les Sarrasins, ils ne reviennent à Moustiers-Sainte-Marie que vers le 12e siècle et y construisent notamment l’église Notre-Dame-de-l’Ascension. Une église doublement étrange : non seulement son clocher roman lombard en tuf s’étend sur 4 étages mais aussi son chœur gothique n’est pas dans l’axe de la nef. Elle possède également un très bel autel constitué d’un sarcophage en marbre représentant le passage de la mer rouge.

L’essor de la poterie et de la faïencerie

Au moyen-âge, une forte activité de poterie se développe dans le village ; les artisans trouvant de la belle terre argileuse et de nombreuses sources d’eau aux alentours. Au 17e siècle, la faïence – qui est très prisée dans les cours d’Europe – remplace petit à petit la terre vernissée à Moustiers. Ainsi, lorsque Louis XIV réquisitionne toute l’argenterie du royaume pour renflouer ses caisses, la faïence de Moustiers apparait comme un produit idéal de remplacement (notamment à la cour du roi !). La renommée de Moustiers est lancée et les riches seigneurs se pressent pour acquérir les pièces et orner leurs tables avec les faïences blanches aux décors bleu cobalt.  

Le tout premier titre de « Maître-Faïencier » revient à Pierre Clérissy en 1679. Ses premiers décors en camaïeu bleu représentent des scènes mythologiques ou de chasse, ou encore des gravures du peintre florentin Antonio Tempesta. Les œuvres de cet artiste se retrouvent également sur les tapisseries produites à l’époque (lire l’article sur cet autre savoir-faire emblématique : les Tapisseries d’Aubusson).

Du déclin à la renaissance

Au cours du siècle suivant, l’essor de la porcelaine de Limoges et de la faïencerie anglaise entraine le déclin de la faïence de Moustiers. Les ateliers ferment petit à petit jusqu’au dernier en 1874. Cinquante ans plus tard (en 1928), c’est un certain Marcel Provence qui redonnera vie à la faïence de Moustiers et qui créera le Musée de la Faïence.  Les objets sont alors décorés « façon Moustiers », très souvent avec un oiseau (qui devient le symbole de la faïence de ­Moustiers). Moustiers-Sainte-Marie est aujourd’hui reconnu « Village d’Art ».

« La faïence de Moustiers a son accent, touchez-la avec l’ongle, elle fait entendre un bruit cristallin, un peu grave, frais, un peu comme des cloches pascales en montagne » 

Marcel Provence
ligne

2 incontournables : Le musée de la Faïence et l’église Notre-Dame-de-Beauvoir

Le Musée de la Faïence

C’est le passage obligé si vous visitez le village ! J’ai adoré ce musée qui est très esthétique, avec ses salles aux couleurs pétantes et ses jolies faïences exposées partout. C’est un vrai régal pour les yeux qui abrite plus de 300 pièces d’une finesse absolue. Pas étonnant que la faïence de Moustiers ait été réputée comme « la plus fine du royaume » sous Louis XIV !

On y découvre les différents décors qui ont évolués au fil du temps : « à la bérain », plats de chasse tirés des gravures d’Antonio Tempesta, des guirlandes, des grotesques, des fleurs, des oiseaux, etc…

Le musée de la Faïence.
Rue du Seigneur Bertet de la Clue,

04360 Moustiers-Sainte-Marie
Tél. : 04 92 74 61 64 
Ouvert tous les jours sauf le mardi (10h00-12h30 / 14h00-18h00)
Accès PMR.

L’église Notre-Dame-de-Beauvoir et la Grotte Sainte Madeleine

On l’aperçoit depuis le village, juste en dessous de l’étoile suspendue. Il faut suivre un petit sentier escarpé, gravir les 262 marches et passer par-dessus le torrent du Riou pour y accéder. Certes, le chemin n’est pas facile et très glissant – à éviter donc quand le soleil tape très fort et si vous n’avez pas de bonnes chaussures – mais la récompense se trouve au bout. La vue y est absolument superbe sur le village et le lac de Sainte-Croix.

Sur le chemin, vous pouvez faire un petit stop à la Grotte Sainte Madeleine pour admirer la vue sur les toits du village. Et continuer ensuite le petit sentier de pierre et de terre pour rejoindre l’église. Vous y verrez aussi 14 stations de chemin de croix ornées de carreaux de faïence réalisés par Simone Garnier (l’une de ses premières décoratrices de pièces de faïence à Moustiers).   

L’église de style gothique date du 12e siècle. A l’époque, elle servait aussi de « sanctuaire à répit », un lieu qui selon la croyance permettait au bébé mort-né de revivre juste assez de temps pour recevoir le baptême.

Durée de la montée : 20 minutes. Attention aux roches qui sont glissantes.
ligne

L’Etoile de Moustiers-Sainte-Marie et ses légendes

Levez la tête et vous la verrez suspendue entre les deux pitons rocheux qui encadrent le village. L’étoile dorée à cinq branches brille dans la lumière et semble guider les visiteurs vers l’église. Suspendue à 200 m au-dessus du village, elle mesure tout de même 1,25m de diamètre et semble flotter dans le vide entre les montagnes.

Selon la légende, elle aurait été placée là en ex-voto par le chevalier Blacas au 12e siècle pour remercier dieu d’être revenu vivant des croisades. Mais il existe d’autres légendes qui tentent d’expliquer l’origine de cette étoile. Il y en aurait en tout 17 !

Cette étoile est déjà tombée de nombreuses fois au cours des siècles à cause de l’usure ou des intempéries. Mais elle a toujours été remplacée, les habitants tenant à cette étoile et sa légende. L’étoile que vous voyez aujourd’hui date de 1957 et elle est dorée à l’or fin.

ligne

Visite de la Faïencerie Bondil

L’atelier Bondil, labellisé « Entreprise du Patrimoine Vivant » existe depuis plus de 40 ans. Il réalise, comme la petite dizaine d’autres ateliers du village, la faïence de Moustiers dans la plus pure tradition. Sur place, Anna, nous montre les gestes qu’elle a mis des années à apprendre. Son geste est précis, sa technique bien rodée. Estampage, séchage, cuisson et émaillage sont les taches que répètent sans cesse ces artisans au savoir-faire unique. La faïence, très blanche, est réalisée avec un émail à base d’étain.  

Dans une autre salle, nous passons à la décoration. Tout est peint à la main, au pinceau très fin. Là encore, les gestes sont minutieux et précis. Lors de ma visite, les artisans étaient en train de réaliser une assiette au motif unique : les personnages du film « Jeux Interdits ». L’assiette sera donnée quelques jours plus tard à Brigitte Fossey pour célébrer les 50 ans du film tourné dans la région.

Les couleurs sont réalisées avec des oxydes métalliques, comme l’oxyde de cobalt, de cuivre, de fer ou de manganèse. Leur particularité est de changer de couleur à la cuisson.

Faïencerie Bondil
Boutique ouverte tous les jours de 10h30 à 19h00.
Visite guidée sur rendez-vous qui permet de découvrir les étapes de fabrication d’une faïence.
ligne

Et si je veux passer un week-end sympa sur place

Si vous voulez passer un week-end romantique, La Bastide de Moustiers est l’endroit idéal. Cet hôtel-restaurant appartient au réseau « Les Collectionneurs » et est la propriété d’Alain Ducasse. Mais il y. a de nombreux autres hôtels ou chambre d’hôtes dans le village ou aux alentours qui sont absolument ravissants. Je vous mets le lien vers les différents lieux ici.

Pour déjeuner, je vous conseille le restaurant La Part des Anges ou La Cascade, situé au bord de la rivière. Et si vous voulez vous faire plaisir, posez-vous à La Treille Muscate, labellisé Maître Restaurateur. Voici le lien vers les différents endroits.

Quoi faire le temps d’un week-end ?

  • En juin, découvrez les champs de lavande sur le plateau de Valensole (1h00 de route).
  • Baignez-vous dans le lac de Sainte-Croix, situé à 5 km du village. Ou profitez de ses activités nautiques (pédalo, canoé, paddle, bateau électrique, etc..). Vous pouvez même y aller à pied en suivant un sentier balisé (1h15 de marche).
  • Randonnez sur le sentier botanique de Tréguier longe la falaise à travers la garrigue et les oliveraies, jusqu’au pic rocheux surplombant le canyon d’Anguouire.
  • Dégustez le miel récolté dans les montagnes.
  • Grimpez sur les nombreuses voies d’escalade installées dans les montagnes environnantes.
  • Faire le tour complet des gorges du Verdon en voiture (4h de route – 130km) ou par petites boucles d’1h00.
  • Faites le marché du vendredi matin. Vous y trouverez de nombreux produits locaux comme des fromages, du miel, de la charcuterie, des fruits et légumes frais, des herbes de provence.

Je veux bien y aller à Moustiers-Sainte-Marie, mais c’est où ?

En voiture par l’autoroute A51 ou A8. En train : les gares les plus proches sont Manosque (50 mn), Aix-en-Provence (1h30) ou Marseille (1h45). En bus, lignes depuis Marseille, Aix-en-Provence et Manosque.

Ces autres villages des Alpes de Haute-Provence devraient vous plaire :
🔸 Colmars-les-Alpes, entre inspiration militaire et charme provençal
🔸 Annot, un village perdu au milieu des grès
🔸 Entrevaux, un village connu pour sa citadelle perchée
🔸 Castellane, un village très sportif au bord du Verdon
🔸 Riez, sur la route du Gypse en Provence
ligne

Informations complémentaires

L’Office de Tourisme de de Moustiers-Sainte-Marie a développé une application mobile : Visiter_Moustiers. Cette appli vous permet de découvrir le village, son savoir-faire, son histoire et ses légendes lors d’u parcours immersif d’1h30. On y voit notamment de nombreuses photos anciennes des lieux et des ateliers.

De grands parkings sont prévus autour du village. En été, le nombre de visiteurs est tellement important que je vous recommande d’arriver tôt sur place pour trouver une place.  

Voici le lien vers l’Office du Tourisme du Verdon, ainsi que celui du Tourisme des Alpes de Haute-Provence. Vous y trouverez de nombreuses informations sur la région. Et ici, pour tout savoir sur les “Villages et Cités de Caractère des Alpes de Haute-Provence“.

Les beaux villages n’attendent que vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *