Cruis, sur la trace des colporteurs-droguistes

C’est dans un petit village entouré de champs de lavandes et de garrigues odorantes que je vous emmène cette semaine. Ce charmant village, qui était autrefois un haut lieu du commerce des huiles essentielles, porte le nom de Cruis. Et comme il est particulièrement beau, il est labellisé « Villages et Cités de Caractère des Alpes de Haute-Provence » ! Allez venez, je vous emmène en balade …

C’est un petit village de 600 habitants qui sent bon la Provence. Un village ou règne la douceur de vivre du Pays de Forcalquier, le chant du grillon et celui de la cigale. Ici, les ruelles sont calmes, les maisons aussi belles les unes que les autres, et la pierre « de pays » bien présente.

C’est sur le versant sud de la montagne de Lure, si chère à Jean Giono, que Cruis déploie son charme provençal. De sa très belle église qui fait la fierté du village jusqu’au cloitre de son ancienne abbaye, Cruis possède un patrimoine reconnu et classé. Mais Cruis est aussi connu pour avoir accueilli, comme nombre d’autres villages aux alentours, des colporteurs-droguistes (vendeurs itinérants de plantes médicinales) venus récolter les herbes et plantes de la montagne de Lure.

ligne

Mais c’est quoi cette histoire !

Comme d’autres villages à la même période, Cruis doit son développement à l’implantation d’une abbaye. En effet, c’est aux alentours de l’an Mil qu’une poignée de chanoines s’installent dans le couvent et que des maisons se bâtissent tout autour.

Comme il n’y avait pas de seigneur dans le village, c’est l’abbaye qui tenait le rôle de « seigneur ecclésiastique ». Et elle était très riche ! Elle régnait sur une trentaine de prieuré aux alentours.

Au 14e siècle, l’abbaye fut un temps transformé en forteresse pour résister aux assauts de Raymond de Turenne (considéré comme le Fléau de Provence – à cause de la guerre et des pillages qu’il entreprit dans la région).

Au 15e siècle, la Guerre de Cent Ans et la Grande Peste ont raison de l’abbaye prospère et lorsqu’elle s’effondre, tous ses biens sont incorporés au diocèse de Sisteron. D’ailleurs, l’Evèque de Sisteron en fait sa deuxième résidence d’été après celle de Lurs.

Entre le 16e siècle et le 19e siècle, le village, comme tant d’autres sur la montagne de Lure, s’est développé grâce au commerce des plantes aromatiques et médicinales. C’est l’apogée d’une activité, celle de Colporteur-Droguiste.

ligne

Colporteur-Droguiste, une spécialité des Alpes de Haute-Provence

Les colporteurs-droguistes étaient très présents dans la montagne de Lure. Ils y trouvaient toutes les plantes aromatiques et médicinales dont ils avaient besoin. Ils cueillaient et transportaient ainsi à dos de mulet les plantes pour les revendre dans les villages, les foires, les marchés ou chez les apothicaires.

Cette profession, très présente entre le 16e et le 19e siècle, était particulièrement représentée ici. A la saison morte, on ramassait les herbes aromatiques (lavande, absinthe, thym) pour les revendre en France ou à l’étranger (sur les ports). L’un des lieux les plus emblématiques de cette activité reste l’Abbaye Notre-Dame-de-Lure, qui était un site de passage incontournable des colporteurs-droguistes de l’époque.

Les plus riches commerçants ont bâti de belles maisons dans les villages de la montagne de Lure, comme à Saint-Etienne-les-Orges, par exemple, ou encore ici à Cruis.

Mais au 19e siècle, les colporteurs-droguistes se sont sédentarisés et leurs descendants devinrent souvent …. pharmaciens.

Découvrir l'histoire du Mulet dans les Alpes de Haute-Provence.
ligne

Que voir à Cruis

L’incontournable : L’église paroissiale Notre-Dame-et-Saint-Martin 

L’église paroissiale Notre-Dame-et-Saint-Martin est l’ancienne église de l’abbaye occupée par les moines augustins. De grande envergure pour le village, elle était à l’image de la richesse de l’abbaye. Très belle de l’extérieur avec ses pierres rousses, sa toiture en Lauze et son petit clocher en tuiles vernissées (on se croirait en Bourgogne !), elle cache à l’intérieur de pures beautés.

En premier lieu, son retable baroque recouvert de feuilles d’or et comprend un antependium (devant d’autel) en cuir de Cordoue. Une rareté en Haute-Provence ! Tout droit venu du couvent des Clarisses de Sisteron au 18e siècle, il a été retaillé pour s’adapter parfaitement au Chœur de l’église. Et la voute en trompe l’œil ne fait qu’accentuer sa belle présence.

Ce retable comprend en son centre un splendide tableau de Pierre Mignard (peintre attitré de Louis XIV) représentant la descente de la Croix. Le corps du Christ, d’un blême profond, contraste avec les couleurs rougeâtres du reste de cette scène.

Mais l’église contient aussi d’autres curiosité, dont une pierre sculptée datant du 11e siècle. Cette pierre énigmatique, taillée dans le même grès que les pierres du Cloitre, intrigue beaucoup par son originalité. On y voir un cadran solaire entouré d’animaux symboliques et une inscription énigmatique : Horilogio. Elle fait référence au temps, à la vie et à la mort, mais le mystère sur sa réelle signification reste à ce jour entier.

Dans un coin, treize grands santons habillés datant du 19e siècle, forment une grande crèche moitié en cire, moitié en papier-maché.

Et un peu plus loin, un tableau de Monticelli et un autre représentant L’Évêque au soleil noir attirent aussi le regard. Et enfin, une sculpture de bœuf ailé datant de l’église initiale du 12e siècle, a été conservé.

Le Cloitre de l’ancienne Abbaye

Vous accédez au cloitre (datant de la fin du 13e siècle) par une jolie porte en fer forgée ajourée. Le passage couvert d’entrée vous amène alors dans la cour intérieure qui comprend six enfeus (niches funéraires) en forme d’arcade à arc brisé. Ces enfeus sont accolés au mur de l’église et leur perspective donne sur une ancienne colonne romaine retrouvée dans le village et transportée jusqu’ici.

L’originalité du cloitre est qu’il est héberge également deux ou trois habitations privées dont les portes d’entrées donnent dans le cloitre. L’été, on y organise également des concerts à ciel ouvert, comme celui de Cruis en Jazz.

Le lavoir des pestiférés

Le lavoir des pestiférés ou des contagieux est situé un peu à l’écart du village. Comme son nom l’indique, il était réservé au lavage du linge des malades, notamment de la peste. Ce lavoir couvert d’un toit de lauze n’était pas en eau lors de ma visite, pour cause de sécheresse en France. Il n’y a rien de plus triste qu’un lavoir sans eau….

Le lavoir principal du village, se trouve lui, au cœur même des ruelles. Il s’agit du Lavoir de Pied de Viere. Il était utilisé par les lavandières pour laver le linge (la bugade). Elles s’agenouillaient dans des caisses en bois remplies de paille et utilisaient un battoir pour battre le linge. Et chacune d’entre elles avaient leur place attitrée (les plus âgées avaient toujours la meilleure place).

La Chapelle Croix de Lumière

Cette chapelle se trouve à environ 2 km du village. Selon le linteau de sa porte, elle daterait de 1682.
La croyance populaire raconte qu’un paysan du coin aurait vu une croix lumineuse apparaitre devant lui à cet endroit précis. Il revenait d’un moulin de Sisteron avec ses deux ânes chargés de sacs de farine. Lorsque l’un de ses ânes s’est couché par terre en refusant d’avancer, il aurait vu briller la fameuse croix.

A partir de ce moment-là, le lieu est devenu vénérable et la paroisse du village y construisit une chapelle. Jusqu’au 17e siècle, un ermite vivait près de la chapelle.

Découvrez quelques uns de nos savoir-faire provençaux :
🔸 La culture de la Lavande en Provence
🔸 Les Santons de Provence, ce petit peuple aux pieds d'argile
ligne

Et si je veux passer un week-end sympa sur place

L’Auberge de l’Abbaye
Vous serez accueilli par Charles et Claudie, qui ont pris les rênes de cet endroit en 2007. On y mange bien et on y dort bien…. jusqu’à ce que les cloches de l’église du village sonnent leur premier carillon ! Vous serez logé dans l’une des neuf chambres dont l’une peut héberger jusqu’à 4 personnes.  
Le Village – 04230 CRUIS

Auberge a Cruis
Auberge de l’Abbaye

A faire le temps d’un week-end

  • Le festival Cruis en Jazz a lieu début août 
  • La fête votive en juillet (sur 3 jours)
  • Découvrir les beaux villages voisins de Lurs et de Mane
  • Découvrir l’Abbaye Notre-Dame de Lure, perdue dans la montagne.
  • Randonner sur la Ronde des Jas de la Montagne de Lure (10 km, 4h30, au départ de Cruis).

Je veux bien y aller, mais c’est où Cruis ?

Sur l’A 51, sortie Peyruis puis direction St Etienne les Orgues par la D101 puis la D951.

ligne

Informations complémentaires

Voici le lien vers l’Office de Tourisme du Pays de Forcalquier Montagne de Lure ainsi que celui de l’Office du Tourisme des Alpes de Haute-Provence. Vous y trouverez de nombreuses informations sur la région. Et ici, pour tout savoir sur les “Villages et Cités de Caractère des Alpes de Haute-Provence“.

Les beaux villages n’attendent que vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.